28 mars 2021

L'adieu aux armes !

3529 - "C'est tout un art de vivre bien les choses !"

Waldo est mort... Salut, l'artiste.

Alors comme ça, tu es parti ?

Voilà bien des années que nous ne nous étions causé, Waldo et moi. La vie, tout ça. 

Mais c'était un sacré bonhomme que j'avais eu la chance de croiser dans les premières années de DD, vers 2006 je crois. On s'était retrouvés lui et moi non loin du Bon Marché, dans un bistro parisien pour déjeuner tous les deux et parler de notre coupable passion pour la fessée. 

J'ignore pourquoi, à le lire avant de le rencontrer, je m'attendais à une force de la nature, un grand gars costaud mais c'est un petit homme aux yeux rieurs avec une clope au bec qui m'a accueilli en me voyant arriver, levant la main pour se signaler afin que je rejoigne sa table avec un sourire. Un look de parieur de PMU qui m'avait certes un peu dérouté, mais que bien vite il m'a fait oublier. 

L'homme était fin, intelligent et espiègle avec un sens de l'humour aiguisé. On a bien ri.

On s'est ensuite revus une dernière fois deux ans plus tard lors d'un vernissage de ses albums par un bel après midi de juin dans une boîte SM de l'île Saint-Louis qui était ouverte exceptionnellement avant l'arrivée des habitués...

Après, on se suivait de loin en loin de blog à blog, avec parfois un petit commentaire de lui chez moi, et vice versa...

Waldo, c'était aussi une mémoire, au delà du formidable dessinateur et graphiste qu'il était, comme le prouvent ces centaines de dessins qu'il laisse sur notre sujet préféré et qu'on peut retrouver un peu partout sur la toile sur les sites SM du Monde entier tant il a été pillé, souvent d'ailleurs sans être crédité... 

Le porno des sixties, Jean Rollin ou Burd Tranbaree, il connaissait bien, y avait participé à son corps défendant et fourmillait d'anecdotes drôles et passionnantes sur ce... milieu, pour peu que tout ceci vous intéresse. 

Les premières années du blog qu'il me faisait la gentillesse de lire régulièrement, il n'hésitait pas à se raconter d'ailleurs un peu dans les commentaires de mes posts, en nous narrant du coup un tas de souvenirs sur cet "âge d'or du X" en France, dans les années 60 et 70... 

Plus jeune que lui et d'une autre génération, je dois dire que je buvais ses paroles !

Waldo le bricoleur, navré de mon aversion d'alors envers les instruments, m'a un jour proposé de me fabriquer lui-même un martinet. J'ai reçu l'objet, joliment empaqueté "sous pli discret" chez moi. 

Je l'ai encore et il arrive que je m'en serve, avec un petit sourire en évoquant l’artisan du cul qu'était ce monsieur. 

Je connais évidemment son vrai nom sous lequel il a avait commis une BD spanking, 46 pages dont il n'était d'ailleurs pas très satisfait, avec le recul... Un titre publié en album voici bien des années, qu'il m'a offert, dédicacé, lors de notre rencontre. 

En échange je lui avais offert une des miennes. 

Il avait eu la gentillesse de me demander en 2007 de lui écrire une préface pour le recueil de quelques-uns de ses dessins de fessées... Et que vous lirez ci-dessous.

Ça va fesser, au Paradis !

Waldo le Maître de la fessée 

"Dans le domaine du graphisme, et de la BD en particulier, qui est mon univers professionnel, il arrive que l'on croise des gens dont on se dit qu'ils sont passés à côté d'une grande carrière. 

Waldo est de ceux-là. Son trait sûr et élégant très proche de la fameuse "ligne claire", son encrage et ses personnages ne sont pas sans rappeler ceux d'auteurs passés depuis à la postérité du Neuvième Art, à l'instar d'un Juillard ou d'un Adamov, par exemple. Certes dans un univers plus libertin qu'eux, toutefois, puisqu'il a choisi pour notre plus grand plaisir d'illustrer fantasmes et turpitudes érotiques, avec une prédilection avouée pour "l'éducation anglaise". 

La "fessée" quoi... 

Il a choisi une autre voie. 

Pas de séries ni d'albums sur le marché de Waldo le Bruxellois... (d'adoption, vivre en Belgique était un signe de plus sans doute !). À la place, depuis de nombreuses années, le bougre travaille pour la presse libertine et nous enchante de petites saynètes sans prétention autres que de croquer (sur le papier et à pleines dents) de mignonnes demoiselles aux fesses rebondies, joliment "mises en couleurs" par ses soins au propre comme au figuré... 

Son style très BD m'a d'ailleurs longtemps fait croire qu'il s'agissait d'un de mes estimés confrères, quelque auteur connu publiant sagement des livres plus "montrables" et se distrayant anonymement entre deux albums... Il se trouve que je partage sa passion pour cet érotisme-là... 

Nous nous sommes croisés sur Internet, puis dans la vie autour d'une bonne table. 

En "vrai", le gaillard est affable, ses commentaires toujours élégamment distanciés. On devine l'homme d'expérience qui ne se prend plus la tête. Dans un monde virtuel où pas mal d'internautes passionnés d'érotisme ou de pornographie se cachent derrière l'écran avec des pseudos triomphants, faisant croire sur la Toile à ce qu'ils ne font pas dans leur vraie vie, c'est forcément rafraîchissant de rencontrer un type qui vit ses fantasmes sans honte ni fausse pudeur. 

D'un point de vue technique, son encrage est rapide, ses couleurs joliment posées de façon juste et précise, avec - on le sent bien - plus de temps passé à fignoler les chairs et travailler le rendu du velouté de fesses rougissantes qu'à exécuter les plis de vêtements ou chiader les décors... 

Quoiqu'il excelle à dessiner les sous-vêtements, rendant presque émouvante une attache de soutien-gorge, un pli dans les chairs, un élastique qui marque sur la peau fine. 

L'ami Waldo m'a aussi donné à voir, issues de ses cartons, quelques aquarelles superbes, des paysages, des vieilles rues typiques et autant de décors magnifiques qui auraient bien leur place dans un beau livre à venir, entre deux scènes de fessées... On y pense !"  

Dessin © Waldo

23 commentaires:

  1. une très triste nouvelle en effet. Une pensée amicale pour ses qui doivent vivre de bien sombres moments.

    RépondreSupprimer
  2. lire "pour ses amies qui doivent vivre de bien sombres moments"

    RépondreSupprimer
  3. Tiens en me relisant, j'esquisse un sourire, me demandant qui diable pourra bien écrire un tel article sur mes turpitudes, au moment de MA disparition ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique dessin de Waldo et merveilleux hommage que vous lui faites cher Stan.
      Je ne connaissais pas mais je l’avais découvert ici il y a des années et je l’admirais de loin..
      Que de tristesse et une perte immense sûrement très difficile pour ses proches qui ont tout mon soutien et également pour notre petite communauté qui perd infiniment plus qu’un bon blogueur et un excellent dessinateur...
      Si je suis toujours là je serais fière et ravie de faire votre hommage sur un site, un blog ou un forum réunissant les passionnés comme nous, comme je vous connais un peu.^^

      Supprimer
    2. En même temps, Mademoiselle G, avant de faire mon éloge funèbre, tu m'accorderas que rien ne presse, hein ? Tu feras cet "hommage au cher disparu" le plus tard possible, disons, encore une petite trentaine d'années.

      Supprimer
    3. Mais rien ne presse en contraire! Je préfère les gens bien vivants come tu le sais...^^
      Donc le plus tard possible et c’était comme cela pas une envie du tout, ti le sais bien!

      Supprimer
    4. De toute façon je suis d’avis de ne pas attendre le départ ou le décès des gens pour parler d’eux ou leur parler car la vie est courte et il nous faut en profiter quand c’est possible pour éviter les regrets...

      Supprimer
    5. On est bien d'accord !

      Supprimer
  4. Merci pour cet hommage Stan !
    Je l'écrivais sur Déculottées, à chaque fois que j'ai rencontré Waldo, j'ai été séduit pas sa simplicité, son oeil rieur, son sens de la répartie.
    Au delà de son immense oeuvre à la gloire de l'univers qui nous enchante tous, il y avait ses petites lubies et notamment le bonheur de fabriquer des instruments disciplinaires. Je garde précieusement le martinet qu'il m'a fait et qui ne me quitte jamais avec ce fameux W si classe et stylé. A bientôt l'Ami !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah je sais, je t'ai lu hier, c'est d'ailleurs le mail d'une amie membre de DCLT qui m'a prévenu de la disparition de Waldo, que par ailleurs je savais très malade, évidemment.

      Le "à bientôt" même sympathique n'est pas pour lui, j'espère ? Tu as encore un peu de temps à lasser parmi nous...

      Supprimer
  5. Alors là, je m'inscris complètement en faux sur cette comparaison. Waldo n'avais pas l'allure d'un joueur de PMU. Il avait l'allure d'un seigneur du sud, légèrement mafieux sur les bord du chapeau, avec un regard mitraillette qui en aurait flingué plus d'un !
    Pour l'instant les commentaires ne marche pas chez lui. C'est sympa Parrain de nous avoir laissé les clefs de votre vieilles mobylette en nous disant qu on pourrait en faire ce que l'on voulait, après ! mais heuuu, on a un peu les mains dans le cambouis. En attendant vous pouvez laisser un mot si vous en ressentez l'envie, le besoin, là :
    https://nirvanadellie.blogspot.com/

    Si c'est possible on re-balancera le tout chez lui après.Tu ne m'en veux pas Stan de faire de la retape chez toi heiiiin ? ;p

    RépondreSupprimer
  6. Ellie, tu es une amie... donc je ne t'en veux nullement. D'ailleurs c'est bien lors de son vernissage il y a ... 13 ans qu'on s'est croisés pour la première fois, un signe ?

    J'aimais bien Waldo avec qui j'ai souvent échangé durant des années, si j'en crois mon historique gmail, il y a trace de dizaines de conversations amicales entre nous... Reste mon joli martinet signé d'un fier W qui me rappellera la personne, à chaque utilisation...

    RépondreSupprimer
  7. Triste, triste nouvelle. Comme je lui avais dis pour moi "un Waldo" est un martinet, une marque de prestige, à même titre qu'un London Tanners... J'ai un petit bijou estampillé qu'il m'avait envoyé avec une reprographie d'un magnifique dessin.
    Vous m'avez tout deux aidé et montré la voie
    C'est grâce à tes dessins, Stan, et à ceux de Waldo que j'ai pu faire la plupart de mes jolis rêves.
    Et tout deux m'avez aussi aidé à accepter. Je suis une spankee qui s'assume grace à des gens comme vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça fait forcément plaisir de le savoir... En créant le blog voici 15 ans, j'avais en mémoire le fait que bien des années plus tôt, c'est en lisant moi aussi les expériences en matière de fessées des autres qui m'avait permis de me déculpabiliser pour de bon de ce fantasme diabolique et horriblement pervers, que je semblais être le seul de mes camarades à avoir autant ancré en moi...

      Supprimer
    2. Je suis évidemment triste... Surtout pour elle qui reste désormais avec les souvenirs des moments heureux, cinglants, claquants et aimants.
      Salut Waldo, mes amitiés à toutes celles qui rougiront encore...

      Supprimer
  8. Amoureuse2/5/21 04:52

    Je parlais de Waldo deux jours avant d'apprendre son départ.
    J'ai toujours été admirative de son talent et honorée d'avoir,caché dans un carton un martinet avec sa griffe. (Merci pour le cadeau Stan)
    Je pense très fort à tous ceux qui sont dans la peine de l'avoir perdu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as toujours ce joli martinet ? J'espère que tu l'entretiens, à défaut de l'utiliser...

      Supprimer
    2. Oui...quelque part..j'ai du bien le cacher.
      Non...je ne l'entretien pas...juste le cuir sur lequel il pourrait s'abattre...crème de corps onctueuse...un pur délice.

      Supprimer
    3. Ne me mets pas l'eau à la bouche, de grâce...

      Supprimer
    4. Amoureuse4/5/21 06:24

      Ah oui?
      J't'en enverrai un p'tit pot si t'es sage :p

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS