29 septembre 2008

Voir ou revoir: "Magdalene sisters"...

718 - Ce regard en coin de Nora-Jane Noone va bientôt lui valoir le pire. Pauvre Bernadette, coupable d'être trop jolie et d'attirer les regards des garçons, donc du péché...

Film bouleversant et terrifiant à voir que ce "Magdalene sisters"... (2002)

Une histoire se passant en Irlande, il n'y a pas si longtemps et mettant en évidence le dysfonctionnement d'une institution, à la base créée pour sauver ce qu'il convient d'appeler les "filles perdues".

"Les Magdalene Homes ont été fondées en Irlande au 19e siècle.

Au début du 20e siècle, l'Église plaça les couvents sous la direction des Sœurs de la Miséricorde qui transformèrent l'établissement en laveries. Abandonnées par leur famille, les jeunes femmes pensionnaires devaient travailler dix heures par jour, sept jours sur sept sans jamais rechigner à la tâche.


D'après les estimations des autorités irlandaises, près 30 000 femmes moururent dans ces institutions. Le dernier établissement a fermé en 1996.

Une cinquantaine de jeunes femmes occupaient encore les lieux..."

Avec l'évocation du destin de trois jeunes femmes internées de force et chacune avec son histoire propre, l'acteur et réalisateur Peter Mullan dresse une peinture de l'Irlande et de sa terrible rigueur religieuse, sans la moindre concession. La violence des châtiments corporels utilisés pour remettre les orphelines dans le "droit chemin" (celui de Dieu, forcément...) est fort peu érotique, mais mérite d'être signalée...

J'ai été très ému par ce film et au bord des larmes en permanence. C'est encore pire quand on se dit que ça se passait au milieu des années 60... 1960, pas 1860 ! Et pourtant on se croirait bel et bien en plein Dickens, revenus à l'époque d'Oliver Twist...

7 commentaires:

  1. Voir ce film, oui! Le revoir, jamais! Déchirant, sordide, révoltant! On se croirait au XIX° siècle. On en sort rempli de haine envers l'Eglise catholique.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, Orage. Je suis assez d'accord sur la dernière phrase. Et c'est un ex-enfant de chœur élevé chez les Pères qui vous le dit...

    Maintenant les émotions que donne ce film sont fortes surtout quand on se souvient que c'est une histoire vraie...

    Le regard de Bernadette, qui est la dernière image du film est vraiment belle aussi... Et là je re-pleure, une vraie midinette.

    Un peu comme à la fin de "Midnight Express" quand le garçon s'évade enfin.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai toujours été sidéré par l'Eglise Catholique sensée appliquer la parole du Christ, bien qu'elle en trangresse en permanence et au fil des siècles les précepts élémentaires ( aime ton prochain comme toi-même, tu ne tueras point - et j'en passe ) Alors qu'un curé bénit les armes des soudards qui partent prêcher le fusil et le poignard à la main. De Torquemada dans les années 1480 aux sadiques en bure de l'Irlande jusque dans les années 60, la charité chrétienne prend un sacré coup de fouet !... Et je ne parlerai pas des indulgences de sa Sainteté Pie XII pour les abjections nazies.

    Il n'est pas inutile que le film de Mullan nous rappelle certaines choses, ou tout simplement les apprennent à de nouvelles générations qui n'en ont d'ailleurs, en général, rien à cirer...

    RépondreSupprimer
  4. @Waldo
    "...qui n'en ont rien à cirer": bien sûr, pour elles les années 60 c'est pratiquement avant le Déluge (enfin,si elles savent seulement ce qu'est le Déluge)

    RépondreSupprimer
  5. "Déluge = une grosse pluie, non ?

    Quoi, "Noé" ? C'est le 24 décembre, non, avec les cadeaux..."


    Orage m'a bien fait rire. "C'est pas faux", comme dirait l'autre.

    RépondreSupprimer
  6. J’ai enfin regardé… et je dois avouer que j’ai plus vu la paume de mes mains que les images du film :)

    J’étais mal à l’aise dès le début, j’avais peur à chaque instant, et certains passages étaient pour moi quasiment insoutenable.

    Il n’y a pas un moment de répit. J’ai ressenti de la tristesse, de la colère en passant par de l’incompréhension et également une certaine résignation à un moment donnée du film. On reprend un peu espoir à la fin quand elles arrivent à s’enfuir mais on se rend vite compte qu’elles seront marquées à vie…

    C’est un film cruel qui montre bien à quel point les adultes peuvent être c…

    RépondreSupprimer
  7. Un superbe film... Vraiment fort et terrible. Une histoire vraie, terrifiante.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS