20 mars 2010

Incident de parcours au Québec !

1580 - "Trop !"...

Une vraie leçon à méditer. Très beau texte d'Alexandra de Montréal qui nous raconte avec sa franchise déconcertante et une lucidité d'un réalisme cru ce qui peut nous arriver quand parfois on va trop loin dans le cul... Enfin, je veux dire... Bref.

"Out of control"... Ça arrive. Incompréhension, fatigue, retour de soirée trop tardif, la boisson aidant, le quiproquo s'installe... Vite crever l'abcès pour éviter les aigreurs. J'aime ce qu'elle raconte, j'aime son analyse des choses. Ne t'en fais pas, ce n'est qu'un de ces petits accrochages qui nous construisent, si on les surmonte. Il arrive que certains couples qui ne communiquent pas, ou plus, ou mal... laissent s'installer une incompréhension qui les mènera tout droit à l'échec, à partir d'un banal ratage qu'une explication franche pourrait bien arranger.

"J'ai déjà été dans un meilleur mood mais quand même, j'ai envie de lui. Il a une étincelle dans l'œil, il sort la corde de sous le lit et m'attache. Ça me plaît, je le laisse faire... 

Et il me claque le cul. Très fort. De ses mains. Avec la cravache. Encore une autre. Beaucoup trop fort suivi de deux autres identiques. J'ai des larmes qui coulent des yeux. J'ai mal c'est écœurant. Je lui dis d'arrêter. J'ai dépassé ma limite. Je n'ai plus envie qu'il me touche je veux juste dormir... (...)"

La suite est terrible... Trop plein d'énergie, trop plein d'envies, abus d'excès qui se retourne contre nous, ratage, une incompréhension de couple qui dure le temps d'une nuit.

Merci Alex...

13 commentaires:

  1. Hey! Cette fois-ci c'est plutôt une de mes mésaventures dont tu parles... Je ne suis pas particulièrement fière.

    J'ai pensé à ça toute la journée et j'avoue que de l'avoir écrit, ça m'a fait du bien. J'ai même parlé avec TheOne.. Je suis encore très troublée par ce qui s'est passé mais quand je le reverrai, on va régler tout ça.. Et au bout de quelques jours, on pourra s'amuser comment avant.. Connaissant encore plus nos limites. Du moins, je le souhaite!

    J'adore la façon dont tu racontes les trucs. Toujours un plaisir de te lire.. Bisous

    Alexxx

    RépondreSupprimer
  2. Ce genre de trucs arrive, Alexandra. Il faut arriver à surmonter ce mauvais moment qui est juste un ratage, parce qu'on n'était pas "au bon endroit et au bon moment", là où d'habitude il n'y avait aucun problème. Là, un grain de sable et tout semble en décalage alors...

    Je suis certain que d'autres filles ont des choses comme ça à nous raconter... Céline ?

    RépondreSupprimer
  3. c'est une histoire touchante. Et surement que tout le monde l'a vécue , à un moment où un autre, d'une façon ou d'une autre.
    ça va s'arranger.
    Emma

    RépondreSupprimer
  4. Viens pas brailler maintenant... Tu as eu ce que tu voulais. Tu ne pouvais te contenter d'un gars normal, t'as voulu jouer la salope avec et bien tu as eu un traitement de salope. Oublie jamais que l'alcool fait ressortir le vrai coté du monde. Alors ton p'tit TheOne "si gentil" a juste sorti sa véritable nature... aidé par la tienne.

    RépondreSupprimer
  5. Amoureuse21/3/10 15:18

    Rancoeur car vous n'êtes plus "the One mais the last?"

    RépondreSupprimer
  6. Où va-t-on si Mohawks et Hurons s'en viennent ici régler leurs comptes, depuis les forêts enneigées du Canada ?


    TheLast, c'est le dernier. Des Mohicans, donc. Après lui, l'herbe ne repousse plus. Les poils non plus, on dirait.

    RépondreSupprimer
  7. Thelast a laissé le même message sur le blog d'Alex. Je déteste ceux qui prennent plaisir à "enfoncer le clou", c'est de la cruauté et Amoureuse a raison , de la jalousie , aussi. C'est petit.
    En plus , il a tort, l'alcool ne révèle pas la vraie nature des gens , c'est tout le contraire.
    Et , Stan , vous avez remarqué? Plus de com. anonymes! ça marche bien mieux. Super!!!

    RépondreSupprimer
  8. @ Emma: j'ai toujours pensé que c'était plus agréable d'avoir les comments en accès direct, c'était le cas durant les deux premières années. Je n'avais modéré qu'en raison de la présence intempestive d'un gusse qui se croyait chez lui et devenait envahissant au-delà du raisonnable.

    Il est évident que c'est plus convivial comme ça et permet de dialoguer, avec plus de réactions au fur et à mesure que ça arrive.

    RépondreSupprimer
  9. Avec Chéri, je n'ai jamais réellement vécu ce genre de situation. Mes "non" qu'ils soient explicites ou pas, on toujours été entendu avant le point de non retour.

    Mais des ratages bien sûr qu'il y en a eu. Même quand on s'aime, on peut se planter et mal interpréter l'autre.

    Dans ces moments-là, on se sent nulle, désemparée parce qu'on n'a pas réussi à faire coller le fantasme avec la réalité.

    Quand on y repense après coup, on se dit que finalement ça sert à rien d'essayer d'aller toujours plus loin. Une relation ne peut pas être basée que sur la recherche de limites sinon on perd l'essentiel, on se perd soi-même.

    Dans le fond ce que j'aime le plus dans les relations sexuelles, c'est l'image que tu as mise ici qui le décrit le mieux.

    Ps : j'avais dit que je commenterai plus, mais je n'ai aucune volonté...

    RépondreSupprimer
  10. Rigolo, le choix d'image me fait penser à ces innombrables filles qui disent que ce qu'elles aiment le plus dans le sexe, c'est les câlins, après quand l'homme "aurait obtenu ce qu'IL voulait"... C'est quand même un peu triste...

    D'en passer par là je veux dire... Subir, parce que "l'après" est bien...

    Je ne fonctionne que dans le partage. Quand je sens que ça rate ou que l'on va dans le mur, je suis attentif, et je m'arrête. Immédiatement.

    On ne fait pas l'amour - quelles qu'en soient les formes prises - tout seul.

    RépondreSupprimer
  11. L'image moi, elle me fait penser à un couple qui vient de s'éclater au lit sans pour autant être passer par toute la panoplie de jeux sexuels qui existe... Et qui ensuite profite juste de l'instant présent.

    Et oui je maintiens (je suis comme c'est innombrables filles), ce que j'aime le plus c'est le "après" quand nos DEUX corps sont comblés et que l'on reste l'un contre l'autre.

    Je vois pas l'intérêt de faire l'amour, si une fois fini chacun se rhabille et part de son côté.

    RépondreSupprimer
  12. Quand on se rhabille et part de son côté, j'ai tendance à trouver ça triste aussi... En fait, je suis très "couple" dans mon approche. Je n'ai jamais aimé les "one shot", souvent source d'amertume et de "j'aurais pas dû", la balade main dans la main a tout autant d'importance que les pans de cette bestialité charnelle qui parfois m'envahit.

    En fait, c'est un tout. Ce que je voulais dire c'est qu'il ne faut pas faire passer TOUS les hommes pour des obsédés qui veulent du cul là où TOUTES les filles ne voudraient que de la tendresse...

    Il y a heureusement des deux dans chaque camp, et de toute façon ce n'est pas aussi blanc ou noir que ça...

    RépondreSupprimer
  13. "Ce que je voulais dire c'est qu'il ne faut pas faire passer TOUS les hommes pour des obsédés qui veulent du cul là où TOUTES les filles ne voudraient que de la tendresse..."

    Pourquoi choisir hein? Les deux c'est plutôt bien et puis sentir l'instant ensemble car parfois on peut avoir envie de choses différentes au même moment d'où des situations un peu tristes comme celle qui est évoquée.

    Quand on oublie de regarder le visage de sa/son partenaire, on peut passer à côté des messages importants.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS