28 juin 2010

Le livre du gros (!) cul ?

1748 - "The big butt book"...

Ah qu'en terme galants ces choses-là sont dites !

Si on traduit littéralement par "le livre du gros cul", je vous accorde que la signification est un brin triviale. Au-delà du terme, ce bouquin contient 400 images de fesses, de toutes tailles, "prises" (sic) entre 1900 et nos jours.

"Le Kama Sutra donne des instructions détaillées sur la manière dont il convient de le fesser. 

Les Italiennes se le tâtent pour se porter chance avant de parier. Les Américaines passent sous le scalpel des chirurgiens esthétiques pour le gonfler, dans des proportions proches de celles pratiquées pour les seins.  


Le cul de la femme, le "popotin", le "pétard", le "derrière" enfin, a toujours inspiré admiration, fantasme et fétichisme.

Curieusement, la nature l’a créé pour des raisons plus fonctionnelles qu’esthétiques. En effet, d’après les biologistes, les fesses équilibrent notre corps lorsque nous courrons. 


Mais n’importe quel pygophile vous dira - puisque tel est le nom clinique des amateurs de fondements - que le postérieur féminin existe pour satisfaire le regard, les mains, ainsi que d’autres parties plus intimes du corps. Un séant coquin provoque instantanément l’excitation.  (...)

En Occident, la deuxième moitié du 20e siècle, bien qu’obsédée par la poitrine, n’a pas enterré le fessier bien bombé. Il connaît aujourd’hui un regain énorme, attribué par certains à l’actrice Jennifer Lopez, par d’autres à la montée en puissance de la culture hip-hop, où le booty règne en maître. 


Cette passion pour la croupe provocante ne date cependant pas d’hier: les Grecs vénéraient Aphrodite callipyge, déesse des Formidables Fesses et la cambrure féminine fait l’objet d’un culte millénaire dans la quasi totalité de l‘hémisphère sud."

Dian Hanson, la blonde Californienne sexagénaire au regard inquiétant qui nous en parle dans le petit film ci-dessous en est l'auteur. Cette dame dirige la collection Sexy Books de la maison depuis 2001. Avant cela, elle a conçu pendant 25 ans des revues de charme...  

Il existait des livres sur toutes les parties du corps, elle n'a pas hésité à s'attaquer au cul, elle ! Sous toutes ses formes. 40 € quand même...

Que vous dire sur le sujet ? 

Qu'on fesse aussi bien un petit derrière qu'un fessier plus important, que la volupté de l'acte n'est pour moi en aucun cas lié à la grosseur du-dit cul. 

J'ai déjà raconté ma surprise en 36 (la taille, pas l'année...) avec une dame dont je supposais dissimulée sous un jean la fesse plate quasi inexistante. 

Révélées à la lumière, quelques heures plus tard, divine surprise de découvrir des formes rebondies très très plaisantes pour ce jeu. Elle en rigole encore, l'espiègle... 

En marchant à ses côtés lors de la rencontre, je matais du coin de l'œil ce derrière, l'air de ne pas y toucher, tout en me posant des questions qui ont vite trouvées d'excellentes réponses.

Je suis donc un pygophile ? Mince !

Images © Taschen

7 commentaires:

  1. J'ai essayé de claquer des fesses comme la donzelle : La-mi-sère !

    RépondreSupprimer
  2. @ Ellie: La misère ? Expliquez-vous... Vous parlez du ping-pong ? C'est vrai que c'est une façon curieuse de jouer, hein.

    RépondreSupprimer
  3. :D Mais nonnnn ! A la fin de la vidéo la fille arrive, juste en se secouant ou en sautant, à faire des castagnettes avec ses propres fesses.
    Je sais siffler avec deux doigts, mais ça...résultat pitoyable... !

    RépondreSupprimer
  4. Ah, oui, je n'avais pas vu cette élégance-là. C'est très joli, hein. J'ai vu des trucs plus ou moins vulgaires... Je ne m'imagine pas demander à voir un truc pareil. Elle est pourtant jolie, la demoiselle.

    C'est certain, Ellie, il faut de l'entraînement...

    RépondreSupprimer
  5. sixofthebest30/6/10 21:23

    There was one bare bottom missing. That of the 'voice over lady' who I would have loved to spank.

    RépondreSupprimer
  6. Aujourd'hui, j'aurai enrichi mon vocabulaire. Rire. Pygophile, si on ne voit pas l'orthographe, juste à entendre le mot, ça peut prêter à confusion car on retrouve le même suffixe en anglais... Quel est le terme anglais d'ailleurs ? Pygophile ? Pygophilist ? Ou bien un tout autre mot ? Vous qui communiquez sur ce sujet avec le monde entier, ce champ lexical doit être riche chez vous.

    RépondreSupprimer
  7. Nous sommes tous des pygophiles
    Pygophile

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS