22 août 2020

Lumière(s) sur Parris Quinn !

3516 - "Fiche de lecture..."

Pour mieux évoquer cette intégrale dont j’ai parlé il y a quelques jours dans le post précédent et qui désormais est rangée dans ma bibliothèque, le mieux est probablement d’abord de lire la préface datant de 2009 de l'Auteur, un Américain du nom de Parris Quinn et dont voici quelques extraits...

"Lorsque j'ai commencé le premier "Ombre & Lumière" il y a douze ans (en 1997, donc) je ne me doutais pas que cela deviendrait une série.

J'avais toujours écrit des récits érotiques pour moi-même et pour mes amis et le dessin érotique avait, dès le début, fait partie de mon travail. Mais là, c'était différent puisque je réunissais les deux. Ayant toujours cherché ce type de livre et ne l'ayant jamais trouvé, j'ai décidé de le faire moi-même...

(...) Personnages et décors sont créés et dessinés pour être réalistes et crédibles. Les lieux et les protagonistes paraissent familiers car c'est le monde secret de l'Amérique middle-class, de ces gens qui pourraient être vos voisins. C'est ce qui leur donne, je pense, leur puissance d'évocation, au moins autant que ce qui se passe.

D'ailleurs, à de très rares exceptions près, mes modèles/acteurs sont des amis et mes histoires contiennent autant de moments tirés de la vie réelle que d'autres sortis de mon imagination. En tant qu'artiste, les deux m'inspirent. Presque chaque histoire contient ce que j'appelle le passage "Je n'arrive pas à croire que je suis en train de faire ça !"

Ce qui m'intéresse, ce sont les jeux sexuels les plus "limite" auxquels jouent des gens qui exercent leur imagination et s'en servent dans la réalité de leurs existences. Les actions courageuses qu'il faut entreprendre pour essayer de vivre vraiment un fantasme, une obsession, de rendre sa vie intérieure érotique réelle, le jeu de rôle, par exemple, avec sa dynamique de libération à travers une personnalité soumise ou dominante. Chaque personne qui aime le sexe a sa perversion particulière et mes livres en explorent quelques-unes.

Techniquement, après avoir fait un storyboard détaillé d'une histoire, je la mets en scène comme le ferait un réalisateur de cinéma, avec des éclairages et des accessoires. Puis, avec les acteurs, nous prenons des photos scène par scène sous de multiples angles, ce qui donne à mes livres leur richesse visuelle.

J'élabore ensuite mes dessins à partir de ces photos en tirant les éléments nécessaires de mon imagination. Si vous regardez bien les images, vous verrez des œuvres d'art dans les décors, et des références à de grands peintres comme Le Caravage et Le Titien, dans les poses et les compositions.

Mais cela se remarque uniquement si l'on connaît ces tableaux. C'est un autre de ces jeux auxquels jouent mes livres..."

J'ai la sensation en le lisant que les tournages préparatoires chez Mister Quinn avec ses ami(e)s réalisant les poses avant les prises de vues doivent valoir le coup de... euh, d’œil déjà. Pour commencer. Joindre l'utile à l'agréable, quoi.

Une couverture souple à rabats (format A4 un peu plus petit qu'un album de BD classique, mais amplement suffisant pour mettre en valeur des pages à deux ou trois dessins par planche...) et une belle épaisseur, cette intégrale rassemble 17 histoires dessinées sur plusieurs années et réparties sur plus de 260 pages de BD.

Les six tomes initialement parus, en fait. Le tout pour 23 €, sincèrement c'est donné.

BD ? En fait nous avons là davantage des illustrations en lavis de gris, sans bulles mais avec des textes accompagnants posés en dessous des images. Aucun dialogue dans les cases.

Le texte ? À mon sens, on tient là le seul point "faible" de cette version française, peut-être lié à la traduction de l’anglais par J.P. Jennequin et transcrite dans notre langue avec la finesse d'un de ces petits pornos de gare Média 1000... Dommage, ça méritait probablement plus de qualité littéraire dans l'adaptation.

Les dessins eux sont superbes... Quelques fessées évidemment... et sinon, toutes les figures de l'érotisme BDSM, hommes, femmes etc...

J'ai beaucoup aimé, à vrai dire.

Je recommanderais par contre "à consommer avec plaisir mais modération", reposez le livre, reprenez-le à l'occasion pour lire une ou deux histoires et ne surtout pas se goinfrer des 250 pages d'une traite afin d'éviter une indigestion de bites, chattes, éjacs faciales et trous du cul ! Parce qu'il y en a.

Mais bon si vous avez très faim...
Images: "Ombre & Lumière" © Parris Quinn - Dynamite - la Musardine

3 commentaires:

  1. J'ai enfin commencé hier soir. Juste la première histoire. J'ai très bien dormi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que faut-il en déduire chère Ana ? Ennui profond ou grosse fatigue ?

      Supprimer
    2. Oh non, pas d'ennui profond. Juste ce qu'il fallait de réveil de libido pour faire de beaux rêves :)

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS