03 décembre 2008

Émotions particulières au 15e étage...

819 - Ils sont dans SA ville, sur la piste de SES souvenirs.

À Lui.

Ils se sont retrouvés devant la gare, Elle y est arrivée une heure avant Lui qui l'a rejointe par la route.

Par deux fois déjà, des SMS impatients et ses réponses pour l'avertir du retard... Les aléas de la route. En plus, Il s'égare un peu sur les échangeurs aux abords de la ville, tout à la fébrilité de la retrouver et fait une bonne vingtaine de kilomètres en plus, pestant en revenant sur ses pas dans des banlieues sans âmes qui toutes se ressemblent...

Il vivait dans cette ville, il y plus de 30 ans. N'y est pas revenu depuis.

Elle sent bien qu'Il a envie de se faire un petit pèlerinage "retour sur les lieux de mon enfance" et du coup, le suit gentiment, l'accompagnant dans des endroits qui ne lui évoquent rien, amusée quand même de le voir presque la larme à l'œil...

Ils sont arrivés devant un grand immeuble de vingt étages en plein centre ville. Il y a vécu avec ses parents, au quinzième, à la fin des années 60 et au tout début des années 70. Ils discutent un peu avec le gardien, en bas...

C'est Elle qui lui suggère de prendre l'ascenseur pour monter jusque devant la porte de l'appartement, tant qu'ils y sont...

Lui n'osait pas, pris d'un accès de timidité, apparemment troublé et bloqué aussi.

Souvenirs... Émotion intérieure ?

Elle le surveille du coin de l'œil, un peu amusée, un peu attendrie de voir son Homme perdu dans ses images. Et les voici tous deux sur le palier, quinze étages plus haut. Six appartements répartis de part et d'autre de la cage d'ascenseur.

Dont celui qu'il habitait jadis...

Il y a de grandes baies donnant sur l'extérieur et un escalier de secours entouré d'une grille. Il ouvre la porte vitrée et avance sur les marches métalliques. La porte se referme sur lui. Elle est de l'autre côté et rigole:

il n'y a pas de poignée extérieure...

Il est enfermé dehors.

Elle fait mine de le laisser là et file vers l'ascenseur en rigolant comme une folle. Avant de retourner sur ses pas trente secondes plus tard et d'ouvrir... Et enfin, de perdre pied devant son regard courroucé.

Pour de vrai, pour de faux ? Qu'importe...

Elle se mord la lèvre inférieure et baisse les yeux. Il la scrute et prend son pouvoir instantanément, tandis qu'Elle regarde ses pieds, troublée, en grand danger d'être punie. Sans crier gare, Il l'attrape et la courbe sous son bras dans une position qu'Elle craint par dessus tout, car Elle déteste perdre le contrôle et se sent dans cette posture humiliante à sa merci, infantilisée...

Le cœur battant, penchée en avant, un peu déséquilibrée et honteuse de se sentir inclinée sous son bras droit comme une gamine, une "pisseuse", plus encore que la douleur, Elle tremble de voir une des portes palières s'ouvrir, tandis qu'il lui applique quelques fortes claques par-dessus son jean avant de la reposer...

Ça n'a pas duré plus de dix secondes. Une éternité. Il a hésité à lui ordonner de se déculotter. L'aurait-Elle fait ?

Se mettre en danger d'être surprise, les fesses à l'air et corrigée par son amant, même pour quelques brèves secondes avant de remonter son jean...

Il sait que oui.

Ils redescendent.

Elle est toujours dans le trouble quand ils arrivent dans la rue quelques instants plus tard. Trouble envoûtant qui persistera un bon moment avant de se dissiper tandis qu'ils roulent vers leur destination de la soirée, 150 km plus loin...

...

PS: Oh, mon Ange... Si tu savais combien je regrette de ne pas t'avoir déculottée, ce jour-là !
Photo © Red Charls

10 commentaires:

  1. Peut-être bien que 'votre Ange' aussi le regrette...

    RépondreSupprimer
  2. je n'en sais rien. Mais je lui poserai la question à l'occasion. Si on se recroise.

    J'ai déjà une petite idée sur la réponse. Mais je peux me tromper.

    Après tout, c'est là juste une façon de raconter mes troubles (rêvés ? partagés ?) qui m'est propre, sans me concerter avec Elle...

    A-t-Elle ressenti comme moi ? Dirait-Elle la même chose ?

    Aime-t-Elle que je le narre devant d'autres ?

    RépondreSupprimer
  3. Amoureuse4/12/08 13:45

    Quand on pose des questions, on reçoit du coup plus facilement les réponses. Cet Ange viendra sans doute délivrer ses messages...

    J'aime bien ce moment où Elle ouvre la porte, et quand Elle croise son regard...la force du regard est quelque chose qui me parle beaucop.

    RépondreSupprimer
  4. J'ose espérer que ça nous parle à tous...

    RépondreSupprimer
  5. @ Am: vous aviez raison. Message reçu 5 sur 5...

    RépondreSupprimer
  6. Amoureuse5/12/08 02:11

    @e

    C'est bien connu...quand on invoque les Anges...ils finissent par se présenter. Toujours.

    RépondreSupprimer
  7. De l'effet des 'barres anti-panique' sur l'Homme......:-))
    Je ne verrai plus cet équipement du même oeil dorénavant; c'est malin, ça!!!.........

    RépondreSupprimer
  8. Ce sont des "barres anti-panique" ?

    Ma foi, de panique il n'y eut point, mais un prétexte tout trouvé par contre...

    RépondreSupprimer
  9. Oui ce sont des équipements de sécurité appellés 'barre anti-panique' qui permettent de sortir d'un endroit dans un seul sens (pas de retour possible)/ sécurité incendie des bâtiments.
    Parfois ils ont couplés avec une poignée de l'autre côté mais ce n'est pas très courant. Certains les appellent 'push'; je ne traduis pas vous êtes excellent en anglais :-))

    RépondreSupprimer
  10. Ah, Nus... Z'avez oublié une lettre, mais c'est rigolo.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS