09 mai 2010

C'était un soir de mai...

1666 - "Fais-toi belle. Nous descendons dîner !"

Il aurait probablement pu lui dire ça, exiger des choses, imposer ses envies, son érotisme un brin dominant. Qu'elle obéisse, se lève et file aussitôt se préparer dans leur chambre pour l'honorer, faire envie toute la soirée aux autres hommes qui les regarderaient, dans la salle du restaurant... Et aux femmes aussi. Envieux.

Il adorait ça...

Mais distrait par son sourire, il rêvassait un peu béatement, la regardant en lui tenant la main, attendant le moment de passer à table. Deux chaises longues, un verre à portée... Calme début de soirée dans cet hôtel tranquille, isolé au milieu des sapins, un dimanche soir...

Pour lui, c'était à chaque fois un choc de la découvrir, une fois assis tous deux dans la salle du restaurant... L'émotion, un sourire d'elle, encourageant, sa main se posant doucement sur la sienne comme pour le rassurer, le calmer. Le troubler, aussi, évidemment. Comme la magie de la première fois...

Pour lui, elle se voulait féminine et attirante. Romantique. Sensuelle.

Désirable.

En même temps, il ne l'obligeait jamais à rien. Et du coup, elle prenait plaisir à le séduire à sa guise, le vamper avec un sourire complice. Elle lui avait caressé la joue en passant à côté de lui pour regagner la chambre.

"Je vais me faire jolie pour toi, mon chéri. Attends-moi en bas..."

Il avait failli lui dire que c'était inutile, qu'ils pouvaient très bien aller dîner comme ça, qu'il la trouvait sublime en jean, pas maquillée, les cheveux noirs noués en queue de cheval. Sa peau de brunette chauffée par le soleil sentait comme un pain au chocolat, quand on passe devant une boulangerie...

Mais il la laissa filer.

Ce soir-là, elle avait prévu cette petite robe noire toute simple qu'il aimait beaucoup depuis leur dernier voyage, un maquillage léger, du parfum. Les cheveux dénoués en cascade sombre sur ses épaules mates...

Lui était resté seul en bas sur la terrasse, à prendre les derniers rayons du soleil, finissant son verre avant de passer à table.

Une demi-heure qui passe... Et puis leur hôtesse était venu le chercher:  

"Votre femme vous attend, je vous ai installé une table dans l'orangerie. Il n'y a pas trop de monde ce soir, vous y serez au calme..."

Un peu surpris de cette prévenance inattendue, il s'est levé pour la suivre, traversant le salon au milieu des plantes vertes.

À l'entrée de la pièce, la dame s'efface. Leur table est là.

Elle l'attend...

14 commentaires:

  1. Je veux bien attendre avec ce collier magnifique de Cartier :-)

    RépondreSupprimer
  2. Oh Nush!! c'est pas bien d'être bassement matérialiste quand Stan nous raconte une belle histoire romantique! Bon , le décor est planté et joliment planté. On est tous en émoi , en attente....
    La suite, la suite , la suite!!!!
    Sivouplait....

    RépondreSupprimer
  3. Sory, Emma, mais pas de suite prévue, juste planter le décor, un brin nostalgique d'un temps passé... Et déclencher un sourire à la lecture de l'évocation pour qui s'y retrouverait...

    RépondreSupprimer
  4. OOOOOH! je suis...scandalisée!
    nous laisser ainsi sur notre faim...sans fin.
    Sniff! faut pas commencer à nous parler d'un truc , si vous voulez pas finir! c'est trop injuste!

    RépondreSupprimer
  5. @Emma: psttt je te dis encore un secret -elle a les seins refaits!!
    Si, si.....:-)

    RépondreSupprimer
  6. dorine de la M11/5/10 22:14

    Elle a dénudé un sein. On vient visiblement de leur servir l'entrée. A mon avis à chaque plat, elle se dévoilera un peu plus. Ou alors c'est lui qui mène le jeu. Qui sait ?
    Dorine

    RépondreSupprimer
  7. @ Dorine: mais que voilà une idée amusante à laquelle je n'avais pas songé, à vrai dire ! Du coup, la photo prend une toute autre allure.

    RépondreSupprimer
  8. dorine de la Marche13/5/10 09:23

    Personnellement j’incline pour que ce soit lui le maître du jeu. Elle ne s’attendait pas à ce genre de défi dans un endroit aussi public et se demande jusqu’à quelles extrémités son extravagance la conduira ce soir. Elle sent son estomac se nouer mais elle a confiance : jamais, il ne l’a mise en danger et il a l’art d’organiser l’impossible. Malgré les regards surpris ou narquois, elle sait déjà qu’elle fera tout ce qu’il exigera. Tout !

    RépondreSupprimer
  9. Je ne la mettrai pas en danger, je sais aussi que je lui dois d'être attentif et ne pas la mettre dans des situations susceptibles de mal tourner, notamment avec des témoins intrusifs qu'on ne veut pas forcément ou même des gens "dangereux".

    Des personnes hors du jeu, qui pourraient nous agresser et que je ne pourrais pas maîtriser, impuissant à la défendre. J'ai déjà entendu ce genre de sales histoires et c'est aussi une préoccupation de tous les instants, quand on est en extérieur, par exemple...

    Ne pas la mettre en danger elle, inclus de ne pas me mettre en danger moi!

    RépondreSupprimer
  10. Oh Dorine ! c'est ... c'est ... vous nous écrivez la suite? J'aime bien votre impro.
    La suite , la suite, la suite!!!
    parce que Stan est un lacheur qui fait rien que nous mettre sur des charbons ardents et puis ,pfffff, plus rien!
    @Nush, soyez pas jalouse , allez , elle le rend à la fin de la séance photo, ce collier...

    RépondreSupprimer
  11. 1670 posts, Emma, il y a quand même de quoi lire et je ne lâche pas toujours mes lectrices en route, hein... J'aime bien ce que dit Dorine aussi, au passage...

    RépondreSupprimer
  12. Mais je plaisante , voyons! n'allez pas vous facher pour si peu! Attention , vous devenez grincheux...
    1670 posts , effectivement , il y a beaucoup à lire mais , justement , nous nous sommes habitués à être ...gâtés! et sommes un peu accro.
    Alors , on veut une suiteee!
    Oui? siouplait!!!

    RépondreSupprimer
  13. Ni fâché, ni grincheux (et puis pourquoi le serais-le en évoquant ces plaisirs là, hein ?), mais cette histoire: même agrémentée par l'imaginaire qui s'ensuit chez les unes et les autres n'a pas lieu d'être développée outre-mesure, précisément pour cette évidente raison...

    RépondreSupprimer
  14. J'aime bien replonger dans les délices d'antan. ça n'exclue pas l'avenir mais ça a contribué à me construire...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS