09 juin 2010

Juste avant de dîner...

1724 - "Tu veux venir ici, s'il te plaît !"

Ils s'apprêtent à quitter la chambre, pour aller se promener dans la ville avant de dîner après avoir simplement monté leur affaires.

Ils viennent à peine d'arriver à l'hôtel. Pour cette fois, c'est elle qui a choisi l'endroit de leurs retrouvailles, a réservé sans lui dire où ils allaient, ravie de sa surprise. Un peu inquiète quand même de savoir si l'endroit va lui plaire...

C'est le cas ! La voici rassurée et joyeuse de le voir sourire. Ils sont dans un pays dont il ne parle pas la langue, alors qu'elle la maîtrise à la perfection, atout supplémentaire pour l'isoler "rien que pour elle". Cette dépendance l'amuse, l'attendrit de le voir un peu gauche chercher son regard quand on lui pose une banale question.

Il est en retrait et elle décide de tout... Ça change.

Depuis qu'il est descendu du train et qu'elle l'a récupéré à la gare, il a envie de se retrouver seul avec elle dans une endroit clos, de se serrer contre elle pour la respirer, mais aussi rêve de lui mettre les fesses à l'air, de retrouver sa chair, son goût, le velouté de sa peau fine et mate...

Elle a la main sur la poignée de la porte quand il la ramène de la main vers le centre de la pièce et qu'il l'enlace pour un baiser amoureux et doux.

Corps à corps, prémices de la suite, envie de se faire l'amour... Elle porte un jean, il lui caresse les fesses par dessus, glisse ses mains vers l'éternel ceinturon qu'il déboucle. Elle le regarde, vaguement interrogative, ses yeux se troublent...

- "Tu ne vas pas... ?"

Bien sûr que si. Il va.

Il s'assied posément sur le lit, fait glisser jean et culotte en même temps. S'imprègne de la vision qu'elle lui offre, tandis qu'il la sent palpiter avant la première claque libératrice pour tous les deux. Ce sera bref, rapide, claquant. Guère plus de deux minutes crépitantes avant de descendre ensemble se promener main dans main comme deux amants classiques...

Si ce n'est que sous la culotte et le jean remontés, elle sentira la soirée durant sa peau qui brûle pour lui rappeler à qui elle appartient... Et la nuit qui suivra, il ravivera les sensations.

Insatiables...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS