05 décembre 2010

Promesse et attente - version Jill (5)...

2062 - Alors au départ, ça se passait ...

J'avais proposé aux filles de faire leur version. Le côté "vu par". Une phrase"imposée" tacitement qu'on retrouve chez toutes. Et il faut juste que le challenge vous amuse, mesdames, pas question d'en faire un pensum obligé.

Sensibilité féminine. Intéressantes approches, toutes en nuance et couleurs. Rouge rose.

Avec ce dimanche le texte envoyé par Jill. La dame a choisi les images de Sieff pour illustrer et tient un agréable blog.

Elle détient également la clé de cette Chambre 506...

"Voilà déjà bientôt deux heures que nous sommes à cette table. Encore un autre repas ennuyeux à mourir, mais je me révèle à chaque fois l’objet docile et disposé à rendre un peu plus sexy l’homme que j’accompagne. 

À la clef, un nouveau contrat à obtenir auprès de clients parfois bien difficiles à amadouer. Jouer les faire-valoir m’importe peu et ne me choque pas plus que ça. Ce qui compte, c’est être auprès de Lui et savoir que l’après est toujours mordant avec une folle nuit en perspective.

Pour Lui, je suis prête à bien des sacrifices. Même supporter ces repas d’affaire. Faire comme si je m’intéressais, toute volubile intérieurement de la suite de la soirée.

Concentrée, cela fait déjà un moment que je lui fais quelques signes. Lui signifier ainsi mon ennui… et mon désir de le troubler.

Me baisser dans un premier temps en ramassant ma serviette que j’ai négligemment laissé tomber et ainsi lui offrir une vue plongeante dans mon profond décolleté ne le fait pas sourciller.

Une main sur sa cuisse remontant ostensiblement n’y change rien. Il est imperturbable en affaires le bougre !

Le sachant sensible et un brin fétichiste… j’ai bien tenté en pleine explication technique de le perturber en laissant glisser l’un de mes pieds nylonné le long de sa jambe. 

Remonter doucement mais sûrement et tenter de sentir un vrai trouble entre ses jambes, une fois ce pied bien calé et caressant. 

Hélas, rien n’y fait. Il finit son explication sans montrer la marque d’une moindre réaction. Aimable et attentionné certes… Jusqu’à ce que je tente l’irréparable.

Ce n’est qu’au moment du choix d’un dessert que je me décide à provoquer ouvertement l’homme que j’accompagne. Parmi les propositions, je commande des fraises à la Chantilly… et je quémande toute souriante au serveur s’il est possible d’en livrer plus tard dans notre chambre.

Regards alors ébahis de la tablée et trouble clairement affiché par le serveur qui s’embrouille sans savoir quoi me répondre. Une œillade vers Lui me permet de comprendre que j’aurais dû y réfléchir à deux fois avant d’ouvrir ainsi la bouche…

Il se penche alors vers moi et me glisse: "File m'attendre dans la chambre"...

Ma remarque oubliée, la conversation a repris son cours entre les convives et je me lève alors comprenant que la soirée ne fait que commencer. Mon jeu s’arrête ici et à présent c’est Lui qui en détient les clés.

Privée de dessert telle une petite fille qui n’a pas été sage, j’incarne à présent la discrétion même. Je traverse la salle en direction de l’ascenseur en sentant son regard me suivre tout en regardant mes rondeurs et mes jambes zébrées sur chacune d’une unique couture.

Le trouble est là… mais je passe les tables en m’appliquant à ne pas en montrer une miette. Ma dernière victoire avant la défaite qui m’attend à l’étage. La clef de la chambre 506 en main, je monte vers cette nuit qui me mène vers l’inconnu..."

 Texte © Jill - 2010
Photos © Sieff

8 commentaires:

  1. Une autre version bien plus....sucrée!
    Quelle friponne :-)
    [je me suis tellement appropriée cette photographie de Sieff, que cela me trouble de là voir là]

    RépondreSupprimer
  2. Je constate que Jill a été la seule à utiliser le numéro de la chambre dans son récit. La clé sur la photo porte le 506...

    Dans la vraie vie, je crois me souvenir que c'était plutôt la 321...

    RépondreSupprimer
  3. Pour les photos de Sieff dont je vous sais plus qu'amatrice friande, c'est le choix précis de la dame qui m'a envoyé ces liens-là, afin d'illustrer le tout. Elle avait une autre idée d'image, mais ne l'a pas trouvée.

    RépondreSupprimer
  4. Aaah, c'était bien une bonne idée, hein Stan, de faire gamberger ' la lectrice'? :D

    J'aime beaucoup, beaucoup, nos diversités,et même c'est ce qui m'interesse le plus dans nos échanges. Merci, Nush et Jill !

    Il reste plus que qui ? je ne veux dénoncer personne ! :D

    RépondreSupprimer
  5. @ Ellie: Ma foi, c'est open. J'aurais bien aimé une version de... De qui veut, évidemment. J'en sais une ou deux qui peaufinent. J'en espère plusieurs autres, au gré des envies... J'aime cette diversité, et pendant ce temps là, vous bossez à ma place...

    RépondreSupprimer
  6. Merci Stan/E pour la coupe de fraises et la mise en ligne ;).
    Un jeu qui a son charme et qui repose l'auteur du blog lol. Merci les filles pour les compliments. J'aime aussi cette diversité ;)

    RépondreSupprimer
  7. Un très joli texte de Jill, tout en finesse, en émotions en partance, vers cette chambre où, sans aucun doute, elle va déguster... Après sans doute, dans l'intimité de cette chambre secrète comme une porte close, ses cinq sens seront mis à douce épreuve, mais son sixième sens à Elle, quand elle traverse la salle du restaurant en sentant son ventre frisonner, son sixième sens lui susurre de déjà lâcher prise pour mieux se laisser prendre... au jeu.
    Amitiés Stan,
    baisers à Jill...

    RépondreSupprimer
  8. fallait oser la faire , cette demande!;D Jill , ça donne drolement envie de découvrir votre blog , ce petit texte!:)
    J'y cours!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS