27 mai 2012

Vraies questions...

  2730 - "...Qui appellent de vraies réponses, évidemment."

Dans ma boite mail, une lectrice curieuse, avide de commencer me pose des questions sur les différences de désir (de "demande", même) concernant la fessée  pratiquée entre femmes et hommes.

Débat intéressant qu'on pourrait amorcer ensemble. Je vous imagine capables toutes et tous d'amener de l'eau au moulin de cette récente adepte du blog sollicitant nos avis éclairés, n'est-ce pas ? La dame se passionne de plus en plus sur le sujet s'interroge, demandant quelques conseils AVANT de passer à l'acte. Ne la laissons pas dans l'ignorance, avant sa future première fessée.

Extraits choisis:

"Stan, mon intérêt pour la fessée est assez nouveau, quoiqu'en y réfléchissant bien, il y eu quelques signes avant-coureurs par le passé, si ce n'est que ma pudeur naturelle et le manque visible d'intérêt d'un précédent partenaire pour "la chose" m'aient quelque peu refroidie.

Difficile en effet d'insister, quand après avoir gentiment demandé à être fessée, on s'entend répondre "Bof, tu sais, les jeux de rôles où tu serais une vilaine petite fille et moi un méchant monsieur, c'est pas trop mon truc".

Je n'ai pas su lui expliquer que nous n'étions pas obligés d'en passer par un jeu de rôle pour qu'il ME fasse plaisir.

Question 1 - Pensez-vous qu'un amant puisse répondre favorablement à une demande de fessée, alors qu'
à priori cela ne fait pas du tout partie de son univers érotique ? 

Si vous avez un conseil ou un avis, je suis preneuse, j'ai bien l'intention de réitérer ma demande avec mon nouveau partenaire mais je crains la veste.

Question 2 - Pensez-vous la fessée soit un phantasme plus féminin que masculin ? 

Parce que si c'est le cas, je crains fort que la demande soit alors bien supérieure à l'offre, non ?"


Que dire ? Je crois avoir déjà narré ici les expériences "ratées" de certaines lectrices demandeuses avec des partenaires hommes sollicités de la même façon et passant à l'acte par politesse, sans conviction, et du bout des doigts, ce qui n'est pas vraiment fait pour combler l'attente.

Mais notre amie Céline - si elle me lit toujours - pourrait aussi vous raconter comment elle a su convaincre son homme - qui n'était pas du tout adepte de la fessée - de franchir le pas, et qu'au final ça c'est joliment bien passé. Et qu'il y a pris goût, le gaillard. Faut dire qu'ils s'aiment fort, ces deux-là...

Pour les expériences de premières fois, je sais d'autres amies qui ont osé la rencontre avec le net et s'en sont bien portées aussi. J'espère que nous aurons des réponses, débat lancé !

14 commentaires:

  1. Une belle première intervention, qui semble corroborer le fait que dans ce jeu comme dans d'autres, il faut être avec la bonne personne au bon moment.

    RépondreSupprimer
  2. "Répondre favorablement à votre demande" fait un peu solennel. Je ne crois pas qu'il faille demander à l'autre des trucs qui feraient tomber des nues et vous regarder comme dérangé(e). Ce sont des choses que l'on sent.

    Un partenaire attentif saura sans doute déceler vos envies sans qu'on lui explique le mode d'emploi. Reste que si ça ne l'intéresse pas du tout, ce sera difficile de le faire entrer dans l'histoire et à moins d'une révélation subite, vous serez déçu(e)...

    Personnellement, je sais désormais que pour vivre au mieux ce fantasme (ou un autre), il est préférable que l'autre l'ait aussi de son côté, sans que ce soit VOUS qui l'ayez initié.

    RépondreSupprimer
  3. Stan, je te lis toujours...

    La question n'est pas facile, et mon expérience est loin d'être une généralité. Je n'ai jamais demandé à mon homme de me fesser, je lui ai suggéré après quelques années de vie commune, j'ai laissé des indices ici ou là, et j'ai attendu que l'idée vienne finalement de lui.

    On se nourrit l'un de l'autre. C'est ce qui nous fait avancer. Et comme tu le dit, ça fonctionne particulièrement bien parce qu'on s'aime réellement.

    Donc, désolée, pas de conseil à donner. Il faudrait en savoir plus sur l'amant en question pour émettre des hypothèses. Là, on va rester sur des généralités...

    RépondreSupprimer
  4. Question 1 - Pensez-vous qu'un amant puisse répondre favorablement à une demande de fessée, alors qu'à priori cela ne fait pas du tout partie de son univers érotique ?

    La réponse est - OUI

    Si dans le choix de votre amant entre les critères tel que - tolérance et curiosité - Vous avez 99% de chances qu'il essaye. Et si comme critère complémentaire vous avez sélectionné - Adore tripoter les fesses des filles - 99% de chances qu'il recommence !

    Question 2 - Pensez-vous la fessée soit un phantasme plus féminin que masculin ?

    La réponse est - NON

    Le seul truc c'est qu'éventuellement il y a plus d'homme qui aime surtout être fessé que de femme qui aime surtout fesser. Mais là n'est pas votre position :)

    RépondreSupprimer
  5. Houlalalala, mais quelles sont donc ces questions auxquelles Ellie apporte des réponses si sérieuses et catégoriques ?!

    Bon, pour la 2, je serais bien incapable de répondre. J'aborde rarement le sujet avec mes connaissances... Ceci dit, me semble que partir avec cette conception de "demande supérieure à l'offre" est le meilleur moyen de se retrouver entre les mains de n'importe qui prêt à profiter de la situation. Je crois qu'il faut garder à l'esprit que son corps est quelque chose de précieux que l'on fera l'honneur de ne confier qu'à une personne avec laquelle on se sentira vraiment sur la même longueur d'ondes. Donc oui, comme le conseille fort justement Latis, savoir ce que l'on veut et surtout ce que l'on ne veut pas.

    Pour ce qui est de la question 1, forte de mon expérience personnelle, je réponds OUI, avec des réserves toutefois. Car oui, je l'ai amené à la fessée. Et non il ne passe pas "à l'acte par politesse, sans conviction et du bout des doigts". Lors de nos jeux il n'a rien "du gars gentil qui donne quelques claques en disant contente ?" Cependant, je pense que s'il s'est si bien saisi de mon fantasme pour le faire également sien, s'il joue avec un malin plaisir de mes faiblesses, s'infiltre dans mes failles, flirte avec mes limites et parfois les repousse, c'est que ça correspondait à sa personnalité, que cette face obscure était enfouie en lui et que je n'ai servi que de révélateur.
    Par contre, je ne lui ai jamais demandé de me fesser, hein ! Plus de 20 ans que nous sommes ensemble, bientôt 19 ans que ces jeux sont entrés dans notre relation (avec des hauts et des bas selon les périodes, les évênements de la vie). Les choses ne se sont pas faites en un jour. La route a été longue, ça nous a pris près d'1 an et 1/2 à moi pour lui faire comprendre mon univers érotique (par l'intermédiaire de chansons et surtout de films pendant lesquels j'observais ses réactions et à partir desquels j'amenais tout doucement des discussions, de petits mots griffonnés et laissés ci et là parce que j'ai du mal à dire ces choses là), et à lui pour qu'il réalise que ces fantasmes, j'avais envie des les vivre et que je l'autorisais à jouer ces jeux là avec moi.
    Alors OUI, c'est possible et ça vaut la peine d'essayer avec son partenaire avant d'aller chercher en dehors du couple.
    Mais je comprends très bien cette envie d'ailleurs qui, outre cette fessée incompatible avec l'univers érotique de l'être aimé, apporte selon moi (mais là c'est une idée très personnelle sur laquelle on me contredira peut-être) un autre ingrédient particulièrement grisant : le goût de l'interdit, une sensation de liberté à cultiver un jardin secret.

    RépondreSupprimer
  6. Merci, So c'est une réponse très détaillée, du genre de celles que je cherche à obtenir, et qui me permet de rebondir. Vous imaginez bien que je ne prétend pas détenir le vrai en tout. Votre avis est éclairant et vous êtes peut-être tombée sur une perle... J'ai tendance à penser que si on crée chez l'autre l'envie, c'est moins bien que s'il l'avait avant...

    Une femme qui a envie d'être fessée mais qui dirige et aiguille son homme pas intéressé au départ vers ses jeux aura toujours un manque selon moi, même s'il y prend goût parce qu’inconsciemment elle sait que tout vient d'elle et préférerait être "étonnée"...

    Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire par là ?

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui, c'est vrai, ça fait catégorique.

    j'aurai du écrire :

    1 - MA réponse est OUI !
    2 - MA réponse est NON !

    Autant pour moi ! :D

    RépondreSupprimer
  8. @Ellie
    Au temps pour vous... :D

    @Stan
    Oui, je vois très bien. Vous êtes, encore une fois, extrêmement fin dans votre analyse. Et c'est une des choses par lesquelles VOUS parvenez à m'étonner, Monsieur...
    Comme ce n'est pas qu'une histoire de fessée entre lui et moi, et que nous partageons beaucoup, beaucoup d'autres choses dans la vie, je vous répondrai qu'il m'étonne par bien d'autres aspects.
    Je ne sais pas si je suis "tombée sur une perle", mais il est certain que je n'ai pas jeté mon dévolu sur le premier qui passait par là, éclat de rire. N'est-ce pas vous qui parlez régulièrement d'élistisme, mmhhh ?! Quoiqu'il en soit, je crois surtout que l'important c'est d'être une perle rare l'un pour l'autre, et de faire en sorte que ça dure.

    Votre histoire de femme qui dirige et aiguille son homme et qui préfèrerait être étonnée me fait penser à une amie qui m'a expliqué que son mari ne se casse jamais la tête pour lui trouver un cadeau d'anniversaire car elle a une liste dans laquelle il n'a qu'à choisir et que du coup, ce n'est jamais vraiment une surprise pour elle. Tsss, pas du tout ma façon de fonctionner. J'aime découvrir l'autre à travers ses choix, ses idées... J'ai des envies, mais j'aime aussi explorer les chemins inattendus que l'autre peut me proposer.

    Ceci dit, il m'arrive, en effet, de l'aiguiller parfois, en lui envoyant ce texte, par exemple. Je ne sais pas dans quel état d'esprit sont deux amants qui se retrouvent pour quelques heures seulement. Mais lorsqu'on partage la vie de l'autre, on a beau être très gourmand de ces choses là, on n'est pas tout le temps cablé "cul". Faut aussi gèrer le quotidien, les enfants, l'intendance de la maison, les préparatifs des vacances, la famille, les amis, le boulot, enfin, vous connaissez, hein! Donc, lorsqu'il a pris la direction de Pontault Combault plutôt que celle du Carrefour Pompadour, j'étais branchée windsurf pour moi, vélo croyais-je pour lui, et j'ai pensé qu'il s'était renseigné et qu'un article était disponible dans ce magasin et pas dans l'autre. Alors oui, je l'avais aiguillé quelques jours plus tôt, mais il m'a étonnée. Lorsqu'il a prononcé le mot "forêt", mon coeur s'est emballé, le chaos s'est installé dans ma tête, mes joues se sont empourprées, je n'ai plus dit un mot...
    Est-ce que ça aurait été encore plus intense avec quelqu'un qui aurait trouvé l'idée tout seul ??? Maintenant que vous l'avez écrit, forcément je me pose la question, rire ! Mais non, en fait. Parce que je ne suis pas dans la recherche du toujours mieux, toujours plus. Pas pour ça, en tout cas.

    RépondreSupprimer
  9. Je réfléchis et, du coup, me permets de vous retourner la question:

    Avec le fesseur manuel pur et dur qui aime tant le contact peau à peau de sa paume sur les rondeurs de ces dames mais qui se laisse prendre au jeu de son amante qui a évoqué ses envies de cravache, badine, ceinture, est-ce que c'est moins bien que ça ne le serait avec un autre monsieur qui instrumentait déjà avant ? Parce qu'inconsciemment, elle sait que ça vient d'elle...

    RépondreSupprimer
  10. Latis est demandée au parloir...

    RépondreSupprimer
  11. Que la femme qui n'a jamais tenté habilement de manipuler son homme tout en le laissant croire que l'idée vient de lui, me jette la première pierre. On a toutes fait ça pour obtenir quelquechose et la réussite de l'entreprise n'en était que plus jouissive, non ? Alors si vous arrivez à lui faire croire que l'idée de passer à la ceinture, pour vous être agréable, vient de lui, il n'y a pas de raison de ne pas apprécier. Tout est question de subtilité je crois.

    RépondreSupprimer
  12. Autant je trouvais que Stan voyait assez juste, autant je ne partage pas, mais alors pas du tout le point de vue de Sophie. Dans le cadre de nos "jeux" de fessée (au sens large, hein, éducation anglaise ou discipline domestique conviendraient mieux), j'ai besoin de sentir que c'est vraiment lui qui tient les rênes. Quand le "jeux" commence, je ne joue plus, en fait, je suis totalement dans le trip. Et chez moi, aucune place pour la moindre faiblesse de sa part, et donc pas question d'imaginer que je l'ai manipulé et de jouir de ce tour que j'aurais bien pu lui jouer. Aucune possibilité de switch non plus dans mon univers érotique, il perdrait toute crédibilité à mes yeux. Par chance, chez lui non plus il n'est AB-SO-LU-MENT PAS envisageable d'inverser les rôles, ouffff !

    RépondreSupprimer
  13. Stan/E.9/6/12 18:39
    J'ai tendance à penser que si on crée chez l'autre l'envie, c'est moins bien que s'il l'avait avant...



    "...
    -Si un jour je ne suis plus là... tu fesseras une autre femme ?
    -Hmmm... Non, j'crois pas... Je n'en ai pas besoin pour faire l'amour. C'est toi qui as ce besoin.
    -Alors tu fais ça pour me faire plaisir ?!
    -Non, tu ne comprends pas. J'aime faire ça... parce que j'aime voir tes réactions, j'aime l'état dans lequel ça te met.
    -Mais toi, tes besoins, tes fantasmes ? Dis-moi...
    -Mes besoins, mes fantasmes? T'as pas de tabou lorsqu'on fait l'amour, donc tu les satisfais.
    ..."

    En effet, vous êtes très perspicace, Monsieur... 19 ans plus tard, ben oui, ça vient toujours de moi.

    Mais, est-ce que ce serait vraiment mieux avec quelqu'un qui a ce fantasme à l'origine? Il faudrait pour cela que son fantasme se superpose exactement au mien. Pas évident du tout. Y'a qu'à voir vos propres réflexions face à un fantasme partagé mais qui pourtant n'est pas pile poil congruant, vous poussant à aller plus loin...pour répondre finalement à son besoin à elle...

    Je crois qu'aimer, c'est bricoler à deux... Et pas que dans le domaine de la sexualité d'ailleurs...

    RépondreSupprimer
  14. Pour répondre à la question 1, alors je ne lui ai pas vraiment demandé de me fesser, mais plutôt demandé pourquoi il ne le faisait pas. Sa réponse : Pour ne pas te faire mal… (ha ha). Du coup, je lui ai demandé pourquoi il ne voulait pas me faire mal, il m’a répondu « parce que ! » (Fin de la discussion…bon…)
    Mais il a essayé, par curiosité ou pour me faire plaisir ou parce que je boudais, je ne sais pas, et il a été séduit par ma réaction, plus que par l’action m’a-t-il avoué.
    Mais depuis, il m’a toujours surprise par ses initiatives, il a investi dans un martinet, trouve de nouvelles idées de lieux ou de positions sans que je ne suggère quoique ce soit.
    Par contre, l’aspect psychologique est parfois négligé, c’est vrai.
    Mais tout de même, je dirai qu’il s’est pris au jeu, même si ce n’était pas son truc à la base. Donc plutôt oui pour la question 1.
    Et pour la question 2, aucune idée, mais il n’y avait pas eu un article avec un sondage sur les habitudes sexuelles des français ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS