02 décembre 2013

Son cadeau de Noël...

   3026 - "Saint Nicolas, Père Fouettard etc..."

Alors autant vous dire que je m'amuse beaucoup de la coïncidence, au moment où ça parle pas mal de martinet sur ce blog et ailleurs...

Et que la maison Waldo tourne à plein régime pour répondre à la demande de la clientèle, prompte à faire des cadeaux en cette période de Fêtes...

Le film de Lars von Triers, "Nymphomaniac" dont la réputation sulfureuse est établie depuis des mois, bien avant sa sortie officielle, contient une scène fort explicite entre Jamie Bell et Charlotte Gainsbourg qui ne laissera pas mes ami(e)s indifférentes...

"Merry Christmas, my Love !"


31 commentaires:

  1. Eh la dame, elle a même pas de culotte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus! Je n'ai jamais compris comment on pouvait lui faire tourner des films, elle est laide au possible!

      Supprimer
    2. Je ne suis pas d'accord, je le trouve au contraire très belle pour ma part. Comme quoi, les goûts et les couleurs, hein...

      Supprimer
    3. Moi non plus, je ne suis pas d'accord. Je sais bien que tous les goûts sont dans la nature, mais j'avais envie d'insister sur mon avis que je partage.
      S'il fallait forcément être beau pour tourner dans un film, l'histoire du cinéma aurait loupé quelques chef-d'oeuvres. Sean Penn n'est pas non plus le type même du top-modèle, et pourtant, si on lui refusait de tourner sous le prétexte de "dégage, t'es moche", je crois qu'on aurait perdu beaucoup.

      Constance

      Supprimer
  2. sixofthebest3/12/13 14:27

    Stan/E Excellent, preview, Can't wait to see the whipping she will receive on her naked rear end, with this flogger.

    RépondreSupprimer
  3. Voilà un martinet artisanal plus impressionnant que celui de Waldo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que je reçois d'ici peu, je ferai un publi reportage...

      Supprimer
  4. Ben alors.... Whoaaa, le martinet en cordelette avec des noeuds ! Hou ça doit piquer sérieux ça !
    Pour Charlotte, moi perso j'aime, elle à quelques chose... Et puis quand même, un beau profil une fois la jupe relevée et courbée sur le fauteuil.

    Y déconne ce film Stan, ça coupe juste au moment où ça devenait intéressant. Pfff, encore le connexion qui déconne !

    RépondreSupprimer
  5. Hé bé, après les films jolis et lisses de Michel Gondry, elle ose ! : )
    Pas pour me déplaire.

    La fessée, le martinet sur grand écran, jamais encore vu!

    RépondreSupprimer
  6. Ce film m'aura tout l'air d'être un incontournable du genre. j'attends donc sa sortie (fin janvier 2014) avec impatience. Restera à savoir où il sera diffusé...

    RépondreSupprimer
  7. Je vais me laisser tenter par ce Lars Von Triers, pour une fois,
    Jolie promo e, tous les cas. Fido (inscription sur le manche).

    Cheyenne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Welcome back dans le Monde Rose, Cheyenne... Vous savez mieux que moi qu'une fois entré, que ce soit par envie ou par mégarde, on n'en sort jamais complètement ensuite la vie durant.

      Supprimer
    2. Cheyenne ? The Cheyenne ??

      Supprimer
    3. Oui, Fraise? The ONE.

      Supprimer
  8. Alors tout comme vous dont je connais un peu les goûts cinématographiques, je ne suis pas, loin s'en faut, amateur des films de LVT.

    Mais je sais que je verrai celui-là.

    RépondreSupprimer
  9. Cet extrait me laisse dubitatif (en un seul mot). Il est hors contexte, c'est peut-être la raison. On ne sait pas trop ce qui s'y joue.

    Et c'est justement le jeu de Charlotte qui m'intrigue.
    Si elle joue la colère froide et désespérée, dénuée de toute forme d'excitation pour ce qui lui est imposé. Ca le fait.
    Si en revanche, elle joue le trouble qui s'invite (dans ces moments) avec tout son cortège d'émotions paradoxales et contrastées, honte, envie colère, excitation, provocation, soumission, etc... et bien, en ce qui me concerne, je ne retrouve pas sur son visage les nuances délicieuses qu'on devrait lire.

    J'avais, en revanche, été sous le charme de la richesse du jeu de Maggie Gyllenhaal dans la secrétaire. ;)

    RépondreSupprimer
  10. Je re-regarde l'extrait ça fait gamberger sur ce que contient réellement ce film. Charlotte à l'air sur ces image comme un petit chat qu'on viendrai de repêcher de la rivière. Un peu épuisée un peu perdue et en même temps très calme. C'est elle qui installe la mise en scène qui invite à l'utilisation de l'objet offert. J'avoue que le coup des bottins sur l'accoudoir ça ne me serai pas venu à l'idée...

    RépondreSupprimer
  11. Cet extrait -forcément choisi avec soin par la promo- ne peut forcément me laisser indifférent, mais ne me fait pas non plus un très plaisant effet.
    Je rejoins assez l'avis de Flow.

    Charlotte Gainsbourg -dont le physique n'est pas l'atout principal- est, justement (loi des compensations ?...) Une excellente comédienne.
    Hors, ce que je ressens en la voyant dans cette brève séquence, c'est une sorte de résignation empreinte de tristesse. Elle semble se soumettre à une fatalité, à un rite, peut-être : Son amant lui offre un martinet, elle va docilement se mettre en position d'être fouettée, selon un cérémonial qui doit lui être connu ou imposé : (les bottins).
    Qu'elle soit sans culotte sous sa robe à ce moment s'explique sans doute dans le film.

    Je ne retrouve certes pas dans tout cela le trouble et la honte jouissive que je connais si bien, et que j'aime tant chez mes partenaires...

    Je l'ai assez dit, je n'ai que peu d'intérêt pour les scènes de fessées dans les films "sérieux", qui évitent soigneusement d'être bandantes, au nom de la morale et de "l'Art", et où l'on use des ellipses, du champ-contrechamp et des allusions diverses, la gageure étant de ne rien montrer...

    Le dernier film que j'ai vu, sur lequel la promo ne s'était pas privée d'appuyer dans le genre, c'était "A Dangerous Method", histoire rigoureusement pas sexy, traitant des rapports entre les docteurs Freud et Jung.
    Mais la "malade" de Jung, qui va devenir sa maîtresse (avant de devenir elle-même une tripoteuse de cerveaux), a besoin de fessées...
    Le film est remarquablement fait, comme tous les films de David Cronenberg, mais la fessée n'est certes pas au centre de l'action, même si elle est relativement présente durant une partie du film.

    Je ne sais pas si je verrai le film de LVT, mais je suis sûr qu'on me racontera...


    RépondreSupprimer
  12. Un extrait qui donne envie d'en voir plus...Espérons qu'on ne sera pas déçu par ce film!!!

    RépondreSupprimer
  13. Ah extrait intéressant qui donne envie d'aller le voir ! J'en profite pour vous féliciter de ce magnifique blog, que je suis en cachette depuis bien longtemps :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Paille Lee, merci. J'imagine que pas mal de gens regardent et lisent ce blog sans se manifester, mais qu'ils (elles) sachent que pour moi c'est toujours agréable de se savoir lu et qu'un petit salut fait toujours plaisir, je vous assure.

      Supprimer
  14. Le devoir conjugal du samedi matin accompli, bien qu’alanguie mais, paradoxalement, échauffée par je ne sais quelle machiavélique Qriosité, je reviens musarder sur votre site et découvre avec étonnement, au hasard d’un clic, que vous avez publié un billet sur la fameuse correction de Charlotte… évoquée avec vous sur le ton de la confidence ?!

    Vous fesser un jour m’écriviez-vous… Pour cela, mieux vaut savoir à qui on a vraiment à faire…, sourire, non ? Surtout si, à l’affiche, votre martinet estampillé W, se voit attribuer le premier rôle. Merci de parfaire notre éducation de Femmes avec des vidéos ou photos pédagogiques sur cet instrument redoutable… avant de passer à la pratique. J’envisage d’en acheter un aussi… H.

    RépondreSupprimer
  15. Oui, c'est vrai que j'avais parlé de ce film ici, il y a plusieurs mois. pour autant, n'ayant pas vu le film en question, je suis resté sur ma faim. Au cours de nos échanges épistolaires, on a eu l'occasion d'en parler un peu, mais ça reste très anecdotique.

    Quand à l'instrument il est toujours dans son carton d'emballage, et attend une occasion. Ou pas...

    Mais je demeure fervent pratiquant manuel, malgré tout. L'objet devient décoration et non plus utilitaire. Et c'est très bien comme ça. J'en ai offert un à une de mes amies virtuelles qui a été ravie du cadeau... Maintenant, s'en servira-t-elle ?

    RépondreSupprimer
  16. J'ai bien lu ? Il est vierge ? Un martinet Waldo qu'aura jamais servi dans 10 ans ça vaudra une petite fortune ! Mais ou va se nicher la spéculation... :D !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois vous avouer qu'il a servi une fois...

      Supprimer
    2. Ben c'est foutu ! Vous f'rez pas fortune ! C'est con parce que ça coute bonbon les glaces Berthillon ! :p

      Supprimer
    3. Jeudi ? J'dois aller dans le coin pour le travail... Repas "d'affaires" ou pas (?) et hop, le dessert ?

      Supprimer
  17. rrrrrrrrrrr passé ou pas that is the question

    RépondreSupprimer
  18. Alors... Qui a vu le film et pourrait en parler ici ? Parce que le DVD va pas tarder et ce serait bien de savoir si ça valait la peine d'attendre et s'il faut se ruer dessus toutes affaires cessantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sixofthebest22/12/14 17:06

      What a beautiful present is given to this naughty lady by her boyfriend. A whip, yes a whip that he will lash with pleasure upon her naked rear end. Oh how I would wish that I could be the one that lashes her naked derriere. What sexual erotic pleasure would I feel giving her 25 strokes with ferocity on her bare bottom. One can only dream. But what a dream this would be.

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS