23 juin 2015

Juste une petite culotte...

3258 - "With ou without you ?"

Avec ou sans ? Vous préférez quoi ? La question est posée.

Récemment une jeune femme avec qui j’évoque le sujet me demande ingénument à titre de renseignement pour une suite potentielle... "si je baisse la culotte d'entrée quand je fesse, ou si je procède par étapes ?"

Elle a vu pas mal de films anglo-saxons très "ritualisés" dans lesquels l'homme (ou la femme) incline la punie, fesse par dessus jeans ou jupe quelques instants avant de retrousser ou baisser selon le vêtement, fessant ensuite longuement par dessus la culotte à la main, avant une nouvelle fois de faire redresser la fille, au bout d'une interminable séries de claques, pour enfin baisser le rid... euh la petite culotte ! Et reprendre à même la peau, cette fois.
 
Culotte qui à vrai dire ne protégeait pas grand chose.

Il arrive aussi que le correcteur avant de la baisser ne la tire vers le haut en wedgie (qui consiste, je le rappelle, à tirer le slip de quelqu'un dans la raie des fesses en remontant d'un geste brusque), pour que les fesses soient visibles comme avec un string...

Bref. Je réponds à la demoiselle que non, je ne passe pas par des stades intermédiaires et que je fesse à nu. Je sens bien que la honte la gagne à l'idée d'être déculottée d'entrée, mais je lui explique que je n'aime pas trop tergiverser.

Une montée crescendo, pourquoi pas, mais les fesses nues !

D'ailleurs à ce sujet, je me suis entendu dire quelquefois que je fessais fort d'entrée, sans montée chromatique, en claquant directement assez fort les globes dénudés.

Bref, pour être clair, que je fessais sans temps d'adaptation pour mademoiselle.

Certaines filles ont pourtant - pour endurer davantage et plus longtemps - réellement besoin d'être fessées progressivement. Histoire de s'habituer et d'apprivoiser la douleur et j'avoue que c'est un "reproche" qui m'a parfois été fait.

Je rectifie alors le "tir"...

Mais ensuite, personne ne se plaint, ouf... Ce n'est que le début de la correction qui - parfois - coupe le souffle de la dame...
Alors ? Votre avis ? Directement déculottées, ou tapes indispensables ? On fait un petit sondage entre nous dans le commentaires ?

37 commentaires:

  1. Les rares fois très directes, cul nu et fort tout de suite c'était de vraies fessées pas jouées du tout avec les larmes et tout le tremblement, même si toujours vécues avec un "partenaire", un vrai ! Pas juste un qui passait par là et avait envie de se dégourdir la paume.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'entends bien... C’est exactement comme ça que je le vois aussi, il faut dire. Me dégourdir la paume, c'est pour mes séances d’onanisme ! Et les rares fois où j'ai fessé sans "amour" (d'une heure, d'un jour, d'une année etc) ont été assez "distanciées" et indifférentes. Pour tout dire, pas indispensable. mais la chair est faible et parfois, je me suis laissé aller à fesser quand même... Je sais qu'il ne faut pas.

      Supprimer
    2. Donc si par aventure un jour j'en viens à vous fesser chez Bertillon, c'est par dessus la culotte d'abord... ?

      Supprimer
    3. Ça dépend si je ne me la suis pas faite volée juste avant et puis si je vous ai planté le nez dans une trois boules fraise des bois, chocolat... C'est pas bien de gâcher !

      Supprimer
    4. à quatre pas d'ici je vous le fait savoir ! (cette semaine ?)

      Supprimer
    5. La césure à l'hémistiche! On cite le Cid sur un blog dédié à la fessée. C'est Corneille qui doit être content!

      Supprimer
    6. Je ne sais pas s'il est content, mais moi, bien...

      Supprimer
  2. La fessée, c 'est cul nu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bref, net, concis, j'adhère !

      Supprimer
    2. Bonjour Stan, et vous tous,

      La fessée pour être efficace se donne cul nu si l'on veut qu'elle marque au propre et au figuré le/la puni/e.
      La culotte devient un vrai cache-misère dans ce cas-là. Les remparts d'étoffe tombent un à un... avant l'assaut final !
      Et puis elle symbolise la correction de la dame ou demoiselle et l'abaisser montre que l'ingénue a failli à sa bonne éducation. Et cela mérite qu'elle doit être fustigée séance tenante pour revenir dans le droit chemin. C'est du moins mon avis.
      Charles.

      Supprimer
    3. Cul nu après qu'une main masculine ait retiré la jolie petite culotte en dentelle.

      Supprimer
  3. Pour ma part, Mademoiselle est cul nu.
    C'est bien plus érotique, et me permet facilement du juger de son état d'excitation.
    De plus, Mademoiselle est de moi en moins (très rarement même) culottée, donc je ne me vois pas lui demander d'en porter une juste pour lui enlever !
    Bye

    RépondreSupprimer
  4. Personnellement, j'aime bien varier... et surprendre. J'aime bien découvrir des fesses déjà bien rougies.. mais j'aime aussi les voir rougir... tout dépend de mon humeur du moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amoureuse23/6/15 22:25

      J adhère entièrement. Ce que j aime c est être surprise, donc le changement me va bien.


      Supprimer
    2. Vous prenez des notes sur toutes les chipies Monsieur Stan?

      Supprimer
    3. Vous me connaissez, je m'intéresse, madame Am'...

      Supprimer
  5. Desdémone23/6/15 17:03

    ça finit toujours cul nu... Aucun doute, mais... Le préliminaire culotte est indispensable.

    Côté fesseur :
    - pour se rincer l'oeil sur de la lingerie (quand on aime),
    - pour pouvoir faire semblant de la laisser et faire croire qu'on va préserver la pudeur de la (du) puni (e).
    - pour avoir le plaisir de l'ôter.

    côté puni(e):

    - pour faire durer le plaisir.
    - pour mettre des obstacles et faire croire qu'on résiste.
    - pour mettre en valeur ses fesses avec de la jolie lingerie.
    Ou alors :
    - pour l'exaspérer encore plus avec une vieille "Petit Bateau" pourrie et distendue qui a grisé au lavage et dont l'un des élastiques de cuisse pend pitoyablement sur le côté (que quand on tire dessus, ça fait "schluuiit".)

    RépondreSupprimer
  6. J'avoue n'avoir jamais croisé le cas de figure que vous citez en dernier... à part chez ma première femme, peut-être dont la lingerie n'était pas la passion première et qui aimait le "confortable"...

    Pour info, mais "elles" le savent j'aime le blanc, le crème. Et un peu le noir.

    RépondreSupprimer
  7. J'aime commencer avec la culotte, rien que pour avoir le plaisir de lui ôter.
    Tout comme vous, j'ai parfois eu le reproche de commencer fort, alors maintenant, j'y vais progressivement en observant, écoutant, augmentant en intensité si tout ce passe bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais en tenir compte de toute manière. Il n'est pas question de plaquer un comportement identique sur chaque personne comme il m'est arrivé de le faire quand j'avais entre 30 et 30 ans, où seule la recherche de mes envies comptait. on était proche d'une forme d'assouvissement...

      J'ai assez dit ici qu'il fallait faire attention aux désirs de l'autre. Ce qui n'empêche pas d'imposer le rythme, mais simplement de bien comprendre ce qui est attendu. Puis d'aller un peu au-delà, juste sur le fil du rasoir, assez pour ne pas sortir de l'histoire, mais quand même dépasser (oh, d'un cheveu) un peu les limites de la dame sur mes genoux...

      Et ne pas décevoir l'attente.

      Supprimer
    2. Je n'aurai pas dit mieux :)

      Supprimer
  8. L'important c'est de déculotter....

    PS : Desdémone j'adore la description du petit bateau distendu...rires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord ! autant pour le déculottage que pour la poétique description de la culotte qui a passé trop de temps en machine...

      Supprimer
    2. Desdémone24/6/15 13:47

      Merci, merci, je me suis appliquée à trouver les mots justes....

      Supprimer
    3. Quel talent, Desdémone !

      Supprimer
  9. Nue dès le début à chaque fois. Les preleminaires ça gonfle, Monsieur, autant que moi ! La seule fois où j'ai gardé ma culotte, c'etait lors d'une seance photo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une belle expérience...

      Supprimer
    2. Exact, même si je préfère l'intimité de notre chambre à coucher. Il est difficile d'érotiser cet acte lorsqu'une tierce personne vous capture avec un appareil photo.

      Supprimer
    3. Bah, c'était un prétexte à de belles images que j'ai encore en mémoire, même si l'auteur des photos s'est un peu monté le bourrichon sur ces histoires de droits d'auteurs et de ©, comme tout ceux qui n'en vivent pas et parlent sans connaître...

      Je cherche en ce moment à en faire à mon tour, dans des conditions similaires, avec un couple qui se prêterait au jeu...

      Ou moi et une complice à définir.

      ...Et un déclencheur à retardement !

      J'en parlerai le moment venu...

      Supprimer
  10. quand la culotte est baissée, la fessée est déjà moitié donnée.

    RépondreSupprimer
  11. Hier soir, j'ai tellement énervé mon chéri qu'à un moment iml m'a promis une belle fessée si je continuais...




    ... J'ai continué, pensez. Culotte baissée et à mi-cuisses, il m'a alors fessée longuement. J'ai adoré d’autant qu'après nous avons fait l'amour très fort.

    Alors pour moi c'est clair. Jolie petite culotte en dentelles noires craquée (il m'a promis de m'acheter un ensemble Charmel pour remplacer) et plaisir juste top...

    RépondreSupprimer
  12. Cul nu ou pas ? Cela dépend de l'objet de la fessée. Si c'est un préliminaire, une pure perversité, alors commençons doucement, sur le tissu. Laissons le plaisir gagner l'un et l'autre, la paume et le fessier s'échauffer tandis que l'étoffe tendra à fusionner avec la fente. Alors baisser la culotte n'en sera que plus agréable, elle se détachera à regret de la moiteur intime. Si au contraire la fessée est proche de son objet premier : le châtiment, alors point d'hésitation. Cul nu et "fouette" cocher. Nulle hésitation ni faiblesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On devine le spécialiste. Je suis plus instinctif, sans analyser (sic) au-delà du partage des plaisirs et de mon ressenti envers ses fesses......

      Supprimer
  13. Une amie, il y a trois jours, m'envoie par textos en fin de matinée quelques photos d'adorables derrières offerts pour la fessée, culotte baissée, et me dit que c'est "ce qui l'émeut" : la culotte baissée, dévoilant la croupe à fesser, entravant les cuisses...
    L'après-midi-même, je saute... dans un train pour la rejoindre...
    Mais... mais... mais... je prends soudain conscience que je n'ai pas respecté ces désirs....!.... La petite culotte a valsé... avec tout le reste...

    RépondreSupprimer
  14. Etant à l'origine de cette(légitime) interrogation!..j'en suis émue et me doit de donner mon avis, ici...
    Ce qui me plait, c'est de penser, à la rapidité de l'action(empoigner, coucher, déculotter, fesser!)
    Mais, je suis toute émoustillée aussi, à l'idée de sentir sa main sur ma culotte blanche, en dentelle("petit bateau"..quelle horreur) et penser qu'elle met en valeur mon petit cul, n'est pas pour me déplaire...
    ou encore sentir sa main s'attarder, sur le tissu, caressante..alors que la voix se fait grondeuse et menaçante...
    Mais mon avis de "chipie" n'est pas si important!
    L'important c'est l'humeur du fesseur, et la complicité qu'il y a entre celui qui donne et celle qui reçoit..

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS