24 juillet 2010

Marge entre fantasme et réalité !

1807 - Un récit de Fille facile...

"Je lui avais donné pour instructions de se déshabiller complètement à peine entré dans mon appartement, puis de m'attendre à quatre pattes, ce qu'il fit. 

Et je l'ai laissé poireauter là quelques minutes pendant que ma chatonne de huit mois, intriguée, s'approchait de lui doucement.  

C'est qu'elle n'a pas l'habitude de voir des humains dans cette posture !

Alors que ma petite minette lui reniflait les aisselles et faisait des cabrioles sous son visage, ce qui me donnait une terrible envie de rire, je m'approche doucement en faisant bien claquer les talons de mes cuissardes sur le sol à chacun de mes pas..."

Lisez la suite, très symptomatique des désirs inavouables que nous avons sans doute tous plus ou moins ancrés en nous.

Ici, l'histoire est édifiante de ce que l'on croit aimer et des limites de nos envies, du nirvana qu'on est capable d'atteindre... ou pas.

Cette frontière ténue entre fantasme et réalité...

Ce qui est amusant, c'est que c'est à l'épreuve de la salle de bain, au moment du récurage lavabo/baignoire que le "soumis" craque... 
Texte © Fille facile

4 commentaires:

  1. Merci pour ce lien et ce billet qui porte interrogation

    RépondreSupprimer
  2. Moi, en tout cas, j'aime beaucoup... J'ai rencontré pas mal de gens qui croient vouloir des choses, mais au fond ne parviennent pas à franchir le pas. Ce n'est pas si simple. Du coup, cette petite histoire, vraie ou fausse, est édifiante de ce qui peut arriver...

    RépondreSupprimer
  3. Merci Stan/E pour cette réponse, je pense qu'il faut aller au bout de soi et faire ses propres expériences plutôt que les fantasmer, ne serait ce que pour savoir et non, croire ...

    RépondreSupprimer
  4. Moi je n'aime pas cette histoire. :( Je comprends que le soumis ait craqué, et ce n'est pas forcément parce que cette expérience ne lui conviendrait pas dans une autre situation. Mais là il semblait n'y avoir aucune tendresse, aucune attention à l'autre, du vrai mépris et pas seulement du jeu... Je me trompe peut-être, mais ce n'est pas comme ça que je vois la relation entre dominant et dominé. En tous cas, j'aurais craqué aussi, je n'aurais pas du tout aimé.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS