15 octobre 2012

À poil... ou pas ?

   2854 - "Partiel ou intégral ?"

Question essentielle...

Que j'avais déjà abordée il y a quelques années d'ailleurs...

Tout comme j'avais parlé aussi du célébrissime tableau de Courbet, évidemment.

J'y reviens.

Depuis quelques années maintenant, la femme lutte contre le poil pubien, vécu comme une disgrâce fort peu esthétique. D'abord initié par la pornographie du samedi soir entrée dans tous les foyers grâce à l'implantation de Canal+, la mode a pris le pas et on a adopté en Occident rites et coutumes ancestrales venus des pays orientaux ou le poil est un "ennemi" ardemment combattu.

Désormais, c'est comme pour les dessous de bras (excepté dans les pays d'Europe du Nord où les filles les gardent plutôt), la guerre est déclarée et on traque le poil où qu'il soit. Depuis quinze ans, les esthéticiennes (une pensée pour elles, au passage) taillent, réduisent ou éradiquent carrément.

Ticket de métro, à l'américaine, à la brésilienne, fine ligne étroite, en forme de cœur ou complètement ôté, en couleur, tout est possible... 

Une de mes amies alla jadis - après avoir lu son adresse dans un magazine féminin - chez une sexagénaire marocaine alors très courue du showbiz, spécialiste de la cire orientale et du miel, dotée d'une habileté diabolique pour retirer en un tournemain toute pilosité, autant côté pile que recto. Ce n'était pas encore la tendance, mais juste les prémices.

"Il faut plaire à ton mari... Si tu le respectes, tu dois être prête pour lui à chaque instant..." disait-elle en souriant, avant de la retourner comme une crêpe pour lui ôter d'un geste vif et précis les quelques poils follets se baladant entre ses fesses... La délestant d'une somme rondelette, une fois l'opération terminée.

Depuis elle a fait des émules, tous les instituts de beauté proposent la chose à des tarifs abordables et pratiquent à la demande...

Je dois reconnaître que passé le côté dérangeant souvent cité par les femmes qui sont réfractaires à la chose ("ça fait petite fille...") qu'on évacuera assez vite puisqu'on est entre adultes consentants, outre l'aspect "lisse", il y a réellement un côté plus plaisant, plus pratique pour tous les jeux du plaisir: caresser, lécher, sucer devient plus précis, plus agréable, plus sexy, c'est vrai...

Je ne rentrerai pas dans les détails, mais pour ma part, j'aime. Sans que ce ne soit un "passage obligé" non plus, d'ailleurs, mais c'est clairement entré dans les mœurs des femmes d'aujourd'hui et fait désormais partie du package "beauté" de l'époque.

Après c'est aussi générationnel. Les trentenaires le faisant à priori plus facilement que les quadras, sans parler des quinquas dont ce n'était pas la pratique au temps de leur sexualité triomphante et qui sont plutôt opposées, se voulant "naturelles"... Pour les demoiselles dans la vingtaine, je n'ai pas de référence, logique...

Et quelle est votre opinion sur le sujet, mesdames ? (en plus ça permettra de se faire une idée, tiens...)

Peinture: "L'origine du Monde" © Gustave Courbet

33 commentaires:

  1. Dites Stan, vous manquez d'inspiration aujourd'hui pour nous refiler un sujet aussi bateau ;)?En plus, vous êtes à contre courant, c'est un sujet "été" ça , et là, je vois la neige par ma fenêtre. Avec ou sans poil, l'important c'est de "mettre le diot au chaud" comme on dit par ici.

    RépondreSupprimer
  2. Le diot est une saucisse, non ? Oui, je sais, c'est un peu marronnier pour magazine féminin, mais j'avais un ticket de métro à placer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exact, le diot est une saucisse du coin et ici, les poils on les garde tous l'hiver sous nos slips en mouton retourné, histoire de se réchauffer le bonbon.

      Supprimer
  3. Pour vous dire la vraie raison de ce post un peu "magazine", en réalité c'est surtout la phrase fort peu féministe de la dame qui m'intéresse, ainsi que les réactions qui vont autour. "plaire à l'homme", la femme en tout temps a toujours été placée sur ce plan là. La réflexion vaut le côté bateau, je crois. En regardant un peu plus loin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'épilation intégrale n'est plus une spécificité féminine, les hommes sont de plus en plus nombreux eux aussi à céder aux diktats de la mode. Et vous,Messieurs, vous l'avez déjà fait sur demande, pour "plaire à la dame" ?

      Supprimer
    2. Pour plaire, non. Personne ne m'a jamais demandé ça. Une maîtresse (pas une amante, une dame qui fesse des messieurs et plus bien plus si affinités) de mes lointaines relations le faisait systématiquement aux mecs qu'elle dressait, par contre... Sans se soucier de la surprise en rentrant à la maison pour ces messieurs. Difficile à expliquer sans doute...

      Mais il m'est arrivé par curiosité à plusieurs reprises dans ma jeunesse de raser le tout. Le côté cou de poulet déplumé est un peu curieux, mais on a l'impression d'en avoir une plus longue, du coup. Et pour les hommes dieu sait si c'est important, voire essentiel !

      Par contre, avec Bic (et pas de la cire comme il convient...) putain, qu'est-ce que pique quand ça repousse...

      Supprimer
    3. De grâce, évitez le rasoir qui occasionne une repousse plus piquante et très drue. Évites la cire et restez vous-même... J'ai jadis connu une fille qui se rasait partout (y compris le visage !) avec un rasoir bic et qui piquait de partout à la moindre caresse, pour peu qu'elle ne soit pas "rasée de près"...

      Et non, ce n'était pas dans un cirque...

      Supprimer
  4. Ha non, j’ai trente ans et je ne suis pas en lutte contre le poil pubien. Bon je n’aime pas les packages, je ne suis pas la mode et je n’ai même pas canal+, c’est peut-être pour ça.
    Plus réellement, je crois que je ne trouve pas ça très important, du coup, je préfère faire autre chose de mon temps.
    Et pour le « plaire à l’homme » c’est très loin de ma façon de penser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas que ce soit lié au temps... Pas très important, je vous l'accorde. Mais vraiment "techniquement" plaisant, croyez-en mon expérience de la chose... Comme pour le KY il y a peu.

      Après, chacun verra midi à sa porte, évidemment.

      Supprimer
    2. Techniquement plaisant ? vous savez que quand ça repousse (et ça repousse tous les jours !) ça peut être techniquement déplaisant pour tout le monde.
      le KY ?? bon sang, je suis comme VH, j'ai pas de décodeur ...

      Supprimer
    3. Oui, le KY était un très bon conseil effectivement. D’ailleurs, il ne croyait pas à l’autre conseil, mais depuis qu’il a expérimenté la chose, il a changé d’avis...(rire)
      Pour le temps que ça prend, je maintiens. Surtout que ça repousse comme dit Sophie et en plus j’imagine que ça repousse de plus en plus et de plus en plus vite.Une histoire sans fin.

      Supprimer
    4. "lautre conseil" ? Je me sens parfois un peu comme une sorte de "Ménie Grégoire" de la fessée et de ses dérivés, mais les cordonniers sont souvent mal chaussés.

      Supprimer
    5. Oui, l’autre conseil...Hum, c’est vrai il y en avait plus de deux en fait.
      Ménie Grégoire, je ne connais pas.

      Supprimer
  5. y compris dans les caresses intimes, ça peut faire velcro si ce n'est pas "à jour"... Je sais bien que ça repousse. Question d'entretien.

    RépondreSupprimer
  6. Ah, sinon, le KY est un gel épatant idéal pour qui souhaite tenter des expériences de pénétrations diverses plus complexes. Y compris pour se caresser sans surchauffe...

    RépondreSupprimer
  7. Je n'aime pas mon sexe complètement dénudé. Je lui trouve un air fragile, désemparé (oui, drôle d'adjectif pour un con, mais c'est cela : désemparé)... Du coup, épilation classique ou à la brésilienne, ça me va ! Sans compter, en effet, que la repousse est aussi désagréable qu'inesthétique. Ce qui a son importance, puisque je vis à longueur d'année en maillot de bain ! D'un autre côté, j'ai la chance d'avoir une pilosité facile à contrôler.

    Lorsque j'avais la petite vingtaine, un de mes amants avait souhaité me raser lui-même. C'était, à ses yeux, un fantasme doublé d'un partage de l'intime, pas (encore) à la mode. J'avais accepté et détesté la nouvelle apparence de mon entrejambe, me demandant bien comment elle pouvait l'exciter, lui.

    J'ai remarqué ces dernières années que de plus en plus d'hommes s'épilent totalement autour de la verge - ou, plus souvent, se rasent. Certains se rasent aussi les aisselles, les poils du torse, du ventre, des épaules... Désagréable à caresser quand le rasage n'est pas frais. Ca picote.

    Les poils ne me dérangent pas chez les hommes, sauf s'il y en a vraiment trop. Ici, aux Philippines, beaucoup de femmes ne se rasent/s'épilent pas du tout : jambes et aisselles restent au naturel (donc le sexe aussi, sans l'ombre d'un doute !), ce qui est jugé plutôt sexy. Le summum de l'érotisme étant les jambes très blanches. Mon amie Bertille, à la carnation très pâle, fascine absolument les Philippins lorsqu'elle porte un short ou une jupe courte (ce qu'elle évite de faire, du coup !).
    Comme quoi... Le poil, c'est culturel !

    RépondreSupprimer
  8. J'ai entendu parler souvent de ce fantasme de l'homme qui rêve de mousse à raser pour mettre à nu et rendre lisse l'entrecuisse de son amante. Autant vous dire que ce n'est pas le mien et que ça ne m'exciterait pas du tout de le faire, à mon tour.

    ... Je n'ai pas trop d'avis sur la question, si ce n'est que je trouve agréable de sucer l'amante qui a pris soin de le faire juste avant, mais qu'évidemment si c'est quelques jours plus tard, ça pique autant qu'une barbe de trois jours. Donc un peu "désagréable"...

    RépondreSupprimer
  9. Ah oui, ça ne vous exciterait pas du tout ? Voilà qui ne me déplaît pas. Le rasage intégral avait d'ailleurs été un jeu avec un ex soumis, avec moi procédant au "ratiboisage".

    Le souci, c'est que je ne suis pas toujours habile de mes dix doigts (euphémisme). Mingus se souvient encore du jour où, armée d'une paire de ciseaux pointus, j'ai entrepris de lui tailler les poils qui dépassaient. Il s'est retrouvé avec un testicule fort entamé et hum, légèrement sanguinolent.
    Résultat : lui plié en deux et hurlant dans toute la résidence, les mains entourant soigneusement son anatomie pour la protéger d'éventuels futurs assauts ; moi, toujours assise sur la cuvette des toilettes, partagée entre la consternation et le fou rire. Moins une que je ne le demi-castre !
    Du coup, je m'interroge : serait-il si dangereux de vivre à mes cotés ? Mes dehors affables cacheraient-ils une vraie nature de misandre ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'anecdote me rappelle la fois où j'avais demandé à mon ami de me claquer les fesses avec une ceinture... C'est du même tonneau.

      Supprimer
    2. Euh, je crois que j'ai oublié un e. "Demandé à mon amie", évidemment...

      Supprimer
    3. Personnellement, j'avais rectifié de moi même. Non que je doute de votre ouverture d'esprit, cher Stan. Mais d'après ce que j'ai compris, les jeux de fessée, pour vous, c'est plus drôle avec une personne de type féminin, non?

      Supprimer
    4. Vous avez bien compris, effectivement...

      Supprimer
  10. Une anonyme, forcément avekunekestionpareille !15/10/12 16:41

    Je ne sais pas si vous manquez d'inspiration, mais ce qui est certain, c'est que vous ne manquez pas d'air pour interroger les femmes sur leur toison, et leur demander leur tranche d'âge au passage, hein!
    Fiouuu, c'est le mythe de Stan gentleman qui s'écroule, là!
    Mais fallait tout de même venir chasser au plus vite de votre esprit cette fausse idée que vous vous faites des quadras, ou du moins des quadras parisiennes, parce qu'au pays des saucisses et des slips en mouton retourné, j'connais pas les us et coutumes.
    Alors, si, si, elles traquent le moindre poil! Toutes les 3 semaines, avec la précision d'un horloger suisse, elles courent chez leur esthéticienne, parce qu'avec la cire, ça repousse moins vite et beaucoup moins dru qu'au rasoir. Nanmèkeskevoucroyez ?!!!

    Et puis, plaire à l'homme, ben oui! S'agirait pas qu'il nous trouve négligée et du coup n'ait plus envie de passer à table avec nous. Parce que, nous aussi, nous avons faim, et manger en tête-à-tête avec soi-même, mouais, la masturbation ça va en guise d'en-cas... Mais bien entendu, ça ne marche pas à sens unique. Lui aussi, faut qu'il prenne soin de lui, s'il ne veut pas que nous vienne des envies d'ailleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même s'il m'arrive d'en causer en en jouant, vous savez, je n'ai aucun (réel) souci avec l'âge, en réalité et dans les faits...

      Quand à l'obligation convenue qui consisterait à ne jamais évoquer et encore moins demander l'âge d'une femme sous peine de paraître impoli, ça m'a toujours semblé dépassé et ridicule. Et d'ailleurs la plupart vous le donnent, sans minauder.

      C'est vrai, je ne connais pas le vôtre, d'ailleurs peu importe, mais vous connaissez le mien. ;=)

      Supprimer
    2. Je donne d'autant plus facilement mon âge que, comme je le répondais à une greluchette qui disait, je cite "ma mère va avoir 60 ans, comment ça craint" (sic), la seule façon de ne pas vieillir c'est de mourir jeune. Alors oui, vieillissons, et faisons le gaiement, parce qu'être en vie fait partie des choses les plus rock'n roll que je connaisse (nan j'ai pas picolé).
      (Pis ma mère aussi elle a 60 ans, ça arrive fréquemment, environ un an après en avoir eu 59, c'est pas un cas particulier).

      Supprimer
  11. Et bien moi je préfère l'épilation intégrale... parce que c'est beaucoup plus doux et les caresses sont divinement meilleures... alors peut-être pour lui plaire mais surtout pour me plaire !
    Mais je viens d'avoir 40 ans alors, si je vous suis bien, il faut que j'arrête ... Remarquez, il paraît qu'en vieillissant ils finissent par ne plus pousser....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, vous suivez mal, n'arrêtez pas !

      Supprimer
    2. L'essentiel est dit "surtout pour ME plaire" est la phrase qui me plait le plus dans l'histoire. Quoi qu'on fasse, c'est bien d'y prendre plaisir, ce qui n'empêche pas un brin d'altruisme, évidemment.

      Supprimer
  12. Une anonyme, forcément blablabla...15/10/12 22:42

    Il semble que contrairement à ce que vous pensiez, ce soit davantage les quadras que les trentenaires qui optent pour le maillot intégral. Normal, remarquez, car plus on avance en âge, plus il faut faire d'efforts pour réparer des ans l'irréparable outrage...
    Faudrait l'intervention de quincas, mais votre lectorat est manifestement trop jeune. Quadra depuis plus longtemps qu'Amandine, j'me sens comme la vétérante qui ferait bien de prendre sa retraite.

    Que vous ne connaissiez pas l'âge d'une anonyme, quoi de plus normal? Mais comment ça, je connais le vôtre? J'ai bien aperçu dans les commentaires d'un de vos derniers billets qu'il était question de gérontologie/phobie/plilie, enfin bref, j'en déduis donc que vous avez franchi le cap des 60 ans, sans autre précision. Je me trompe? ;=)

    RépondreSupprimer
  13. Je veux bien répondre mais il ne faut surtout pas penser que les filles qui ont la vingtaine sont comme moi.
    Sachant aussi que j'ai une vie sociale limitée, que j'ai toujours passé ma vie entre des piles de bouquins (ça c'est pour expliquer que j'ai eu un seul petit copain dans ma vie), que les perversités dudit petit copain se contrefoutent de mes poils pubiens (les jambes c'est autre chose) et que mon maillot de bain pour aller à la piscine, c'est un shorty, ben... Je ne m'épile pas. Et je ne dirais même pas que ça fait plus naturel ou que tout épilé ça fait petite fille, que nenni. Peut être que je le ferais, si j'avais pas autant la flemme. Déjà qu'épiler mes jambes et mes cuisses ça me prend pas mal de temps, et qu'à chaque fois je râle après mon manque de bol consternant (ça sert à quoi d'avoir la peau toute blanche, et des cheveux châtains clairs si c'est pour avoir des poils noirs, hein?), si en plus je devais m'épiler entre les jambes, pfiou... corvée...

    RépondreSupprimer
  14. Je ne fais pas de détail sur les cas particuliers, ne montez pas au créneau non plus, les filles. Je me base sur ce que je connais et que j'ai pu constater "de visu", rien de plus, c'est une statistique personnelle qui vaut ce qu'elle vaut...

    En tout cas, c'est vraiment quelque chose de récent et d'établi désormais, ça n'étonne plus personne dans les instituts de beauté, alors qu'il y a trente ans, nul ne s'occupait de ses poils.

    RépondreSupprimer
  15. Pecan nutjob8/11/12 15:18

    Nous avons environ 40 ans. Mon épouse ne s'épile pas l'intimité. Elle ne se voit pas aller montrer ça à une esthéticienne, elle déteste déjà s'épiler les jambes (comme Constance, c'est pénible et jamais bien fait) et a un souvenir désagréable d'un rasage.

    En revanche, nous pratiquons le "débroussaillage". Après toilette intime, madame s'installe devant moi; je fais, avec des ciseaux, un joli petit bosquet avec les poils du mont du pubis, et je raccourcis ceux qui risquent sinon de se mettre sur mon chemin quand je l'honore de ma langue.

    C'était un peu impressionnant au début pour elle d'avoir des ciseaux au ras de ses parties sensibles, mais il n'y a jamais eu d'incident.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS