23 avril 2014

Le paradoxe du balcon...

3062 - "Instant de grâce en haut des toits..."

Nuque émouvante, ses cheveux de jais en cascade et la taille creusée, V. offre à plat-ventre son corps de femme gracile au regard de l'homme qui lui a rougi longuement et tendrement les fesses, tout en se cachant le visage, prise d'une soudaine pudeur alors qu'elle vient d'être totalement impudique dans leur moment d'abandon, une fois la lumière éteinte...

Elle a bien poussé quelques cris vite étouffés, mettant un point d'honneur à ne pas gémir en dépit de la rage qu'il met dans des claques dont le bruit mat emplit la pièce avec un crépitement que les voisins, s'il y en avait, pourraient aisément identifier comme une correction soutenue... Elle lui a demandé de la punir. Sans la moindre concession et le temps qu'il jugerait nécessaire. Il a optempéré...

Ils n'ont pas rallumé ensuite, restant dans la pénombre à laquelle leurs yeux sont désormais habitués mais se lèvent ensemble, se frôlant les peaux, pour boire à la bouteille tour à tour... Un couple après l'amour, simplement éclairé par les lumières qui montent de cette petite ville allemande qu'il ne connaissait pas et qu'elle lui a fait découvrir avant le dîner... Instant de grâce. Souvenir ému.

Ils ont une grande chambre et un balcon au dernier étage donnant sur une rue calme d'où ils peuvent voir quelques passants déambuler six étages plus bas et cette grande terrasse où ils ont pris une collation en arrivant en milieu de journée... Il fait nuit désormais et nus l'un derrière l'autre protégés des regards, la femme et l’homme se tiennent debout appuyés à la rambarde en écoutant les bruits de la ville...

Il ne résiste pas à l'irrésistible envie de lui claquer à nouveau les fesses à quelques reprises, s'amusant du bruit et de l'écho résonnant dans la nuit, tandis que les deux mains posées sur le garde-fou en verre du balcon, yeux clos et tête haute, elle savoure l'instant follement érotique, cambrée, provocante, échevelée et tellement femme.

1 commentaire:

  1. J'ai le sentiment parfois quand j'écris un texte, que c'est une audace, qu'il faudrait garder pour soi. Ici, un texte très personnel et pas un commentaire. Au fond, tant mieux. Les réactions de gens qui lisent sont parfois curieuses. Ou inattendues. Mais c'est comme ça.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS