14 novembre 2014

L'inflexible éducation !

3138 - "Et c'est dans le journal !"

Imagine-t-on de nos jours, en des temps à la fois si exhibitionnistes et si politiquement corrects (sacré paradoxe d'ailleurs, à la fois moral et immoral sans que la différence ne soit "lisible"), qu'on puisse voir en Une de notre quotidien une telle image ?

On en aurait des associations sur le dos, faisant leur choux gras d'une telle hérésie éducative. Mais bon, dans ces années d’antan, rien ne choquait quand on parlait d'une bonne fessée. Ségurienne.

On est en février 1865...

14 commentaires:

  1. La morale est la faculté de juger sans réfléchir, elle n'est qu'un prétexte de bonne conscience quand on en a une mauvaise, en quelque sorte l'art du camouflage ou du détournement selon le résultat escompté.
    Tiens j'ai envie de réécouter "La mauvaise réputation"

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Stan et Mike

    Sans oublier "La Fessée" de Georges Brassens.
    1865 : l'année de parution du roman : "Un bon petit diable" de la célèbre Comtesse. Roman porté à l'écran par Claude Santelli (dans "le petit théâtre de la Jeunesse" en 1960) et par JC Brialy en 1983 avec la comédienne Alice Sapritch (Don Juana de la Folie des Grandeurs) , Bernadette Lafont et Michel Créton.
    Bon WE. Charles

    RépondreSupprimer
  3. Mais bon Dieu !... Quel épouvantable cul plat de vieille celluliteuse a-t-on fait à cette pauvre gosse ? !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. jacqueline17/11/14 20:28

      oui waldo cette enfant a des pauvres petites fesses de rat il donne une impréssion d ' enfant soufreteux et malingre celà ne l'avantage pas
      Jacqueline

      Supprimer
  4. Je crois à voir les peintures et autres statues de cette époque que ce sont les canons d'alors... Qu'en penses-tu ?

    RépondreSupprimer
  5. Cher Waldo, je me demande s'il ne s'agit pas d'un petit garçon. Et on lui a fait des fesses bien grasses histoire de montrer qu'il est bien nourri. Époque où un bel enfant était un gros enfant ( Regardez-donc ma bonne dame comme on mange bien chez nous: la table est bien garnie, on est riche , nos enfants sont sont gras!)


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi, oui, c'est un garçon, un bambin grassouillet comme les dessinaient les auteurs de cette époque, il suffit de regarder les gravures pour voir que les canons esthétiques ont bien changé... (quoi que, avec McDo...)

      Supprimer
    2. Un garçon, fort possible, ce n'est pas ce qui me heurte l’œil !... Mais les angelots bien nourris qu'on représentait au siècle d'avant avaient des culs bien ronds, alors qu'ici, cela évoque le dargeot décrépit de la mère-grand !...
      Considération purement esthétique, sans opinions posée sur les bienfaits ou les méfaits des châtiments corporels en vigueur à cette époque.

      Supprimer
    3. Ce qui est frappant c'est que l'ensemble du dessin est agréable à l’œil sauf ça... Devait être très troublé le gars ou alors quelqu'un a voulu reculotter le gamin

      Supprimer
    4. J'adore apprendre du vocabulaire! "dargeot": je ne connaissais pas!

      Supprimer
  6. jacqueline17/11/14 07:12

    oui je trouve celà vraiment navrent ces enfant qui étaient féssés pour le moindre prétexte sous le couvert soit disant d'une bonne morale du sadisme pur ! de plus les corrections étaient souvent trés sévéres et repétitives afin d' obtenir une obeissance sans conditions et absolue chez des enfants '' trés jeunes" de surcroit , ,fessées qui se donnait à la main où avec les verges et le martinets
    ha la bonne morale Ségurienne !! Jacqueline



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pense évidemment comme on veut, mais on ne doit pas juger le passé avec les yeux de la morale d'aujourd'hui, c'est un contresens.

      Dans tous les domaines.

      Que dire alors des prisons de 1865, de la peine de mort et d'autres joyeusetés, au niveau de la médecine, des bonnes mœurs et de la précarité, de la violence, du danger d'être assassiné à tous les coins de rue, de la mortalité infantile, du travail des mineurs etc... ? On parle ici de choses effectivement lointaines et on s'insurge, à raison, mais il faut prudemment replacer - comme toujours quand on parle d'histoire - dans l’époque et le contexte...

      Supprimer
    2. jacqueline17/11/14 11:44

      stan je modére mes paroles .... vous avez raison je n'ai pas tenu en compte du contexte et de l' histoire et mes sentiments ont dépassé mes pensées d'où ce jugement à l'emporte piéce
      Jacqueline

      Supprimer
  7. Bonjour Stan ,bonjour Jacqueline,

    Effectivement, avec le recul du temps, cette éducation rigide était parfois aussi encouragée par la morale religieuse (qui n'était pas si tolérante que çà, mais bon...). Comme la génération des enfants gauchers ! "La mauvaise main, la main du diable"... Je suis gaucher et un peu ambidextre et mais, né vers le milieu des sixties, j'ai échappé à cette idiotie complète. Regardez : au tennis: c'est le sport où il y a peut-être le plus de gauchers. Non ?
    Le travail des enfants réglementé dans les mines, le dimanche en jour de repos, et autres avancées sociales datent de la 2è moitié du XIXè siècle. Il y a 25 ans on instituait à l'ONU ou l'UNICEF "la Charte des Droits de l'Enfant" Mais quel progrès au niveau mondial ???
    Je sais , votre site n'est pas une tribune sociale... Mais, je constate.
    Charles.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS