08 mars 2015

Aujourd'hui, hier...

3165 - "Passé, présent..."

"C'est drôle comme les punitions de notre enfance sont désormais des plaisirs d'adultes. Par exemple faire la sieste. Ou encore la fessée !" Un simple constat qui fait réfléchir.

Question de perception du moment. Il y a un temps pour tout.

C'est vrai que je détestais qu’on m'impose la sacro sainte et obligatoire sieste quand j'étais petit.

La fessée ? C'était une punition crainte, mais admise et "normale" dans les sixties. On n'appelait pas encore Police-Secours pour remettre un môme dans le droit chemin. Et je ne crois pas me porter plus mal, d'avoir parfois été puni pour avoir dépassé les bornes. Vaste débat que nous n'ouvrirons pas, puisque seuls les plaisirs dits "adultes" nous intéressent ici.

Par contre, ma fascination qui date de mes jeunes années, c'est vrai, pour cette forme de punition ? Pas mal de gens l'ont subie aussi sans jamais érotiser ensuite, c'est juste un cheminement libidineux personnel. Il y en a qui aiment d'autres plaisirs et d’autres troubles qui ne sont pas les miens, mais que j'admets tout autant que je ne culpabilise certainement pas de mes "déviances".

J'aime la fessée, et j'assume ! Je sais que quantité de lectrices et lecteurs se sont déculpabilisés à lire ce qu'on partage ici, depuis près de dix ans. J'ai maintes fois dit que je dois à la lecture d'Union, petit magazine très en vogue dans les seventies, d'avoir compris assez tôt que je n'étais pas seul à être "anormal" comme je l'ai longtemps cru adolescent, en constatant ce qui me faisait de l'effet, sans jamais pouvoir en parler à personne...

Tiens, je vais aller faire une sieste, du coup.

4 commentaires:

  1. cheyenne8/3/15 23:08

    Une petite sieste à 18h c'est pas un peu tard ? Bon après tout dépend de votre vie nocturne lol.

    C'est vrai qu'à une certaine époque (même dans les seventies ou les années 80, c'était encore à la mode. Perso je ne peux même pas dire que j'ai fini par érotiser les punitions subies enfant puisque ce n'était pas de mise à la maison. Et même à l'école j'ai évité de justesse à plusieurs reprises de me retrouver en travers des genoux de l'instit. Et pour autant j'ai toujours été fascinée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis, vous avez rattrapé le temps perdu. Il y a encore de beaux moments à venir, il suffit de le vouloir. on sait tous que certaines barrières sont complexes à franchir, c'est vrai...

      Supprimer
  2. edelweiss24/3/15 11:29

    Oui comme vous le dites si bien à une époque la fessée faisait partie de la vie quotidienne , et rare sont les personnes qui n'en ont jamais reçu !
    Je ne fait pas partie de cette catégorie , j'en ai reçu et plus d'une , j'ai aussi reçu le martinet aie aie aie que ça faisait mal et je le craignais.
    Maintenant j'adore la fessée allez savoir pourquoi !
    Je pousse et dépasse les bornes pour la recevoir mais que c'est bon et comme on se sent bien après une bonne déculotée ! ça calme lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Edel, nous sommes peu ou prou des enfants des fifties, et donc n'avons pas de souci avec ces choses-là qui aujourd'hui enverraient nos parents en taule, en Suède en tout cas...

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS