30 mai 2020

Kimono rouge, petit livre rose...

3489 - "Sans liberté de blâmer, il n'est d'éloge flatteur..."

“Comment ça ? Tu ne connais pas Serguine ?“ 

L'homme avait l'air si outré de ce qu'il devait sans nul doute considérer comme un impardonnable manque de culture spankophile, qu'il en devenait presque touchant... Elle sourit, un peu surprise...

Assis dans le café des Grands Boulevards où ils venaient de se rencontrer autour d'un verre après quelques jours d'échanges passionnés sur un site rose dédié, ils faisaient connaissance, après avoir brisé la glace du virtuel. Lui semblait sous le charme, agréablement surpris par l'apparence de cette étudiante étrangère, intéressée par la fessée et désireuse de vivre pour de bon ces jeux délicieusement pervers dont il se prétendait spécialiste depuis son adolescence...

La jeune femme ne l'avait pas montré, mais elle était moins ravie et un peu déçue. Visiblement, le séducteur si attirant en ligne avait légèrement triché, en lui envoyant une photo de lui le mettant en valeur... De lui certes, mais vingt ans (et vingt kilos) plus tôt...

“Tu ne connais pas Serguine...“, répéta-t-il à nouveau comme abattu... “Je l'ai à la maison... Je te le prêterai. Après...“

Après... La jeune femme sourit, s'abstenant de préciser que si justement, elle avait bien tenté de lire le très ennuyeux texte qu'une amie passionnée par le sujet lui avait vanté comme la Bible des amateurs de fessées parue en 1973, mais dans lequel à ses yeux l'auteur se gargarisait durant cent cinquante pages et trois chapitres de mots et d'assertions pompeuses autour du sujet, sans une once d’érotisme...

Mais elle eut envie de le provoquer un peu, pour voir...

“Je suis étrangère vous savez,  je ne connais pas tout vos auteurs majeurs...“

Puis reprenant, volontairement impertinente, histoire de jauger le bonhomme...

- “Et j'imagine que de votre côté, vous connaissez sur le bout des doigts les œuvres de mes compatriotes Zbigniew Herbert, Tadeusz Różewicz, Joanna Chmielewska... ou encore de Karol Wojtyła ?“

- “Euh... Oui, bien sûr, bien sûr...“ mentit l'homme un peu agacé d'être pris en défaut par l'insolente...

- “Tiens, le dernier ? Attends voir... Ta Carole là, ça me dit quelque chose... Ce serait pas une nana qui écrit des bouquins de cul, elle ?“ reprit-il d'un ton convaincu...

- “Si si, Comment vous le savez ? Bravo, vous êtes très fort...“

Elle avait failli éclater de rire tout en le félicitant, se retenant de pouffer à grand-peine. Sans lui préciser que Wojtyla était juste le vrai nom du Pape Jean-Paul II...

Elle y repensa encore une fois et, si ce n'était la douleur bien présente, faillit à nouveau pouffer, allongée sur le lit les fesses à l'air, tout en regardant du coin de l’œil en direction du plancher le fameux petit livre rose qu'il avait quand même tenu à lui montrer, à peine arrivés chez lui...

... Juste avant de la fesser copieusement.
Texte © Stan/E.
Dessin: "Red kimono" © Stan/E. - 2020 
Modèle: Masami

18 commentaires:

  1. Il y a des images qui n'existent qu'à gré des circonstances, Celle-ci en fait partie, Sans un dialogue très agréable avec la demoiselle représentée, ce dessin n'aurait pas eu lieu d'être,

    RépondreSupprimer
  2. C’est une excellente nouvelle alors pour votre bonheur et le notre...

    RépondreSupprimer
  3. Splendide image "Rouge" sang, merci Maestro.

    RépondreSupprimer
  4. Ses fesses sont pas bleues, le dessin est truqué ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas branché bleus ni marques disgracieuses non plus, je me contente de m'inspirer et d'interpréter en restituant ce qui me plaît graphiquement de l'image de départ, d'où cette version dessinée...

      Supprimer
    2. Oui c'est plus mignon tu as raison

      Supprimer
  5. Un dialogue des plus agréables et une très belle rencontre. Je suis touchée et très honorée de vous avoir inspiré ce magnifique dessin. Merci Stan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir est pour moi,

      C'était évidemment aussi un pari graphique plus intéressant de partir d'une photo "privée" et non pas d'une de ces usuelles images récupérées sur le Net. Merci pour cette confiance, Masami...

      Supprimer
  6. ...et cette pensée en une langue etrange(re), n'ajoute que du charme..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne marche qu'avec l'accord de la personne concernée impliquée dans l'image...

      C'est évidemment un prétexte et un clin d'œil envers Serguine et son petit livre rose que j'ai feuilleté en 73 au Printemps Parly 2 pendant trois jours sans oser l'acheter par crainte de passer à la caisse dans un premier temps... avant le quatrième jour de prendre deux autres livres et de le glisser dans la pile au moment de payer.

      La caissière n'y a pas pris garde, et j'ai respiré...

      Supprimer
  7. Éloge de la fessée… effectivement « un prétexte » à un clin d’œil aussi rougeoyant que réjouissant à découvrir vos dessins mais également votre plume. Grande amatrice de ces préciosités érotiques où dans un outrage public mais ô combien consenti pour ne pas dire plébiscité, je me suis retrouvée à devoir me présenter à un inconnu au bar d’un hôtel toulousain avec pour seul repère, amertume douce des maux sur la table basse déposé, cet « Éloge de la fessée », éclatant de confusion et soudain curieusement d’envie… J’en ai conservé un souvenir aussi ému qu’écarlate qu’il ne me déplairait pas de vous faire partager par le biais d’une ou deux photos… si cela venait à vous tenter, il va de soi. Confidences en prime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais évidemment avec grand plaisir, en toute complicité ! Déjà rien que ce préambule en forme de teaser m'apparaît fort réjouissant... Merci par avance, chère Pom...

      Supprimer
  8. PS: je crois que les rééditions de ce livre sont plus anodines que cette couverture rose de l'édition de 73 réalisée avec un gaufrage de main en plus foncé, est-ce que c'était cette même version ou bien une autre, moins fun ?

    RépondreSupprimer
  9. N.B : A défaut cette édition et de rose..., la couverture du livre déposé sur cette table basse du salon du bar de cet hôtel toulousain, (édition Folio 2004) présentait un postérieur (peu évocateur en fait car sans véritable relief) négligemment dénudé par un drap; vous devriez sans doute vous délecter davantage du rougissement de mon postérieur autrement plus voluptueux... sourire. Mais comment vous adresser ces deux ou trois photos ? Je n'ai pas su vous les joindre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons ! 😋 En haut à gauche, en cliquant sur "envoyez-moi un mail..."

      Supprimer
  10. Serai-je déjà à devoir faire amende honorable...? Sourire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous lisez entre les lignes et entre mes mots... il y aurait sans doute dans le cours du jeu une sorte de menace, à peine voilée... 😏

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS