23 juin 2020

La Dame au coin...

3502 - "Tout part d'un petit livre...“

Après le post récent évoquant “l'éloge de la fessée“ de Serguine - dont j'ai raconté plusieurs fois ici depuis 14 ans à quel point il avait été un tournant, bien que profondément ennuyeux à lire - voilà qu’une lectrice réagit à son tour, en me confiant une histoire très personnelle en rapport avec l'ouvrage, décidément déclencheur libidineux de bien des envies...

Le sien n'avait certes pas la jolie couverture rose de l'édition originale, très démonstrative, mais montrait quand même une belle paire de fesses. Certes en noir et blanc...

Un soir, le compagnon de Pom lui envoie par SMS l'injonction de se préparer comme il convient et de se rendre toutes affaires cessantes dans un hôtel de la ville afin d'y accoster un inconnu, dont le signe de reconnaissance sera ce fameux livre...

Mais écoutons-là plutôt:

"(...) Entrer dans l’hôtel, me diriger vers le bar et me présenter à la personne qui aura déposé devant lui sur la table basse un livre dont je ne connaissais pas l’intitulé, mais au titre pour le moins évocateur… “L’éloge de la fessée“ ! Puis, manteau ouvert, jambes écartées, mains symboliquement réunies dans le dos, me présenter ainsi à haute et intelligible voix en lisant le titre de ce livre, posé là, devant moi: 

"Je suis venue à vous pour rendre hommage à “l’éloge de la fessée“..."

Séquence émotion car il y avait du monde tout autour de nous et la serveuse semblait m’attendre pour pouvoir enfin prendre la commande de mon hôte, confortablement installé et particulièrement amusé par ma prestation..." 

Bon, je vous épargne les détails, il se trouve que l'inconnu n'en est pas vraiment un et qu'il s'agit ici d'un petit jeu libertin. Son compagnon arrive, la dame de "l'inconnu" aussi... Ils trinquent ensemble dans ce bar d'un grand hôtel toulousain.

"(...) Ainsi donc ravis d’être réunis tous les quatre, miss Monalisa s’empressa de remettre à Maestro ma spatule de cuisine en bois (...) dont la gravure laissait inconsciemment augurer le thème de la soirée: "Maestro, la fessée, j’adore !" 

Le second de ses préceptes étant "Le Plaisir ne vaut que s’il est partagé", en complice avisé, Maestro remit donc à notre hôte cette fameuse spatule de cuisine en bois, en lui demandant d’en faire bon usage...

Après l’avoir attentivement regardée et manipulée, amusé et fier de ce témoignage de confiance et sans autre forme de considération, il me demanda de me lever et de le suivre. 

Ce que je fis avec beaucoup de zèle, très excitée et curieuse de ce qui m’attendait. 

Arrivés au quatrième étage, nous nous sommes retrouvés devant un petit canapé et un pouf placés dans le couloir de l’hôtel. Spatule à la main, Monsieur m’ordonna de relever ma jupe, de baisser ma culotte à mi-cuisses et de m’agenouiller sur le pouf, bien cambrée. Ce que je fis avec empressement, fermant alors les yeux, dans l’attente de mon châtiment bienheureux... 

(...) Fière et revêche alors que les coups commençaient à porter et brûler mon séant, je demandais à ce que l’intensité augmente et continuais à compter. J’avoue avoir serré les dents pour arriver aux quarante coups de ma spatule préférée...

(...) Une fois administrés, je baisais la main de Monsieur; lequel, satisfait de mon comportement et de mon zèle, m'ordonna néanmoins d’aller me mettre au coin un peu plus loin, afin de prendre une photo de mes fesses rougies. (d'où le dessin, donc...) 

Après m’avoir laissée languir quelques minutes au coin et au risque de me faire surprendre dans cette situation aussi incongrue qu’indécente, nous sommes allés retrouver nos compagnons respectifs sitôt après... Et pour l’anecdote, sachez que ma complice du jour s’est vue infligée quelques instants plus tard... exactement le même châtiment !"

Merci pour ce témoignage personnel que je me suis amusé à illustrer à ma façon.
Dessin: "La dame au coin“ © Stan/E. - 2020
Modèle: Pom O De Maestro (by courtesy of)

10 commentaires:

  1. Très joli témoignage aussi inspirant qu'excitant... Jolie illustration aussi, par ailleurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sandrine, c'est juste de l'entraînement entre deux dessins "sérieux"...

      Supprimer

  2. J’adore ce témoignage et le dessin qui l’illustre.
    Cher Stan merci de ces beaux dessins qui reflètent de vraies personnes mais nous donne un peu de vous et de vos envies.😋

    RépondreSupprimer
  3. Par contre chère S, arrêtez de supprimer vos posts à peine écrits pour les remettre ensuite, ça fout le boxon dans blogger techniquement à chaque fois pour une raison qui par ailleurs m'échappe...

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour le récit de Pom... ET pour votre dessin.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Stan pour ce sympathique clin d’œil et cet ô combien sensuel dessin croqué pour illustrer ce billet. Qui sait, cette initiative trouvera-t-elle même une connivence ampliative susceptible de favoriser l’essor de certaines de vos rubriques.., sourires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'était un réel plaisir que de travailler sur une telle... matière. Donc le clin d'œil est évidemment partagé, et la connivence également... sans ambiguïté.

      Supprimer
  6. Alors à bientôt pour un ampliatif essor de votre rubrique Fesses "en vrai"..., sourires. Je vous lirai avec curiosité et, sans doute, avec une gourmandise se voulant également sans ambiguïté.

    RépondreSupprimer
  7. "Fesses en vrai", vous avez raison de le souligner, les histoires inventées ne vaudront jamais la réalité de nos petits jeux, quant à la saveur incomparable des choses authentiques...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS