19 avril 2014

Quelques claquements dans la nuit...

3057 - "Quoi ? Ce n'est que ça ? Mais plus fort, bon sang !" 

Ce long ruban de cuir fauve de belle épaisseur oublié (ou en attente) sur le dos d'une chaise fait fantasmer beaucoup de lectrices de ce blog, je m'en rends bien compte en lisant les commentaires et certains mails privés.

Que les filles sont jusqu'au-boutistes, décidément ! Et leur prosélytisme en la matière n'est pas une légende. Quand elles veulent quelques chose...

Pour ma part, bien que sévissant depuis mes jeunes années dans la partie (sic) ce n'est pas une façon de faire qui m'est bien familière et je n'en ai jamais éprouvé le désir directement. Il m'est depuis toujours apparu que la main permettait de ressentir en même temps que ma partenaire cette chaleur brûlante de la peau d'un cul, d'en éprouver la cuisson.

Saignant ? À point ? Bleu ? L'avantage évident de contrôler la température en direct-live....

Mes (très) rares fois avec l'objet proviennent à chaque fois de la curiosité et de l'envie des femmes avec qui c'est arrivé. Elles (ne) sont (que) quatre.

Qui se reconnaîtraient sans doute si elles lisaient toutes ce blog. J'en sais deux au moins, qui suivent. Mais peu importe. En près de quarante ans de vie amoureuse, c'est un ratio que les dominants de tout poil habitués aux instruments trouveront sans doute bien mince, mais le manuel que je suis ne sera décidément pas un affolé du ceinturon et de l'image trouble qu'il peut véhiculer dans l'inconscient de ses copines.

Qu'on me lise bien. Nulle ne m'a forcé de répondre à ses attentes et j'ai consenti avec curiosité et plaisir de tenter l'expérience, qui avouons-le, ne m'a du tout déplu. Point ici de tartufferie. Mais ce n'est toujours pas "naturel" dans ma façon de faire: manuel je suis, manuel je reste.

Mais en prenant de l'âge, c'est vrai et sans aller jusqu'à évoquer l'arthrose qui finira bien par m'arriver (puni par là où on a péché...), la gestuelle peut être moins aisée. Alors, devant l'obstination et la résistance obstinée des curieuses, il faut bien pouvoir sévir et obtenir reddition totale, sans décevoir...

Du coup, je peux m'en passer, mais je m'incline désormais devant la "demande". S'il y a lieu. Parce que ça ne viendra jamais de moi...

Mais "d'elles". Au sens large.

7 commentaires:

  1. A vous lire, j'en viendrais presque à regretter ne pas être une des quatre... La ceinture m'a toujours fait un effet... un effet, quoi ! J'espère si elles vous lisent et ne vous tiennent pas rigueur de ce manque d'entrain, qu'elles viendront nous dire comment vous faites et si c'était bien...

    RépondreSupprimer
  2. @Lucie: Raconter ? Hum, je ne sais pas si c'est une chose dont elles auraient envie, si ça venait à leur connaissance. Il y eut une première expérience fin des années 70 qui aurait dû m'en dégoûter à tout jamais, je crois. Je l'ai racontée ici. J'ai narré ailleurs sur ce blog d'autres moments plus réussis, quelques années plus tard, dans le début des années 90 avec Marie-B. J'ai peu évoqué les deux autres.

    ... Mais il faudrait chercher.

    RépondreSupprimer
  3. La ceinture, ça fait fantasmer les filles parce que c'est le symbole de la virilité par excellence. Et puis le bruit du glissement lorsqu'on l'enlève, ça fait s'envoler les papillons !

    Mais voilà, soit on ne frappe pas fort et la fille ne sent pas grand chose, honnêtement. Soit on frappe plus fort... mais là, il faut vraiment être un pro car ce maudit instrument peut laisser de méchants bleus sur le côté des fesses et sur les cuisses, là où la peau est plus fragile.

    Du coup, je me demandais si la strappe, utilisée surtout dans les pays anglo-saxons, ne serait pas plus adéquat. Plus facile à manier avec des sensations assez similaires(?). Je ne l'ai jamais essayée, mais je m'interroge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La ceinture si elle est assez large comme celles que je porte est facilement maniable, pour le peu que j'ai pu voir. Par contre, plus fine, c'est vite douloureux, je crois, surtout si elle s'égare dans les recoins.

      La main, vous dis-je. Tant que je peux encore !

      Supprimer
    2. Je plussoie, je plussoie, je plussoie (si on était sur Facebook, ce serait plus simple, +3) à ce que vous dites, Stan. La main est ce qu'il y a de meilleur, et de très très très loin.
      Mais voyez-vous, tous les fesseurs n'ont pas votre endurance... et les filles sont folles, comme vous le dites si bien! :-D

      Supprimer
  4. mistinguette20/4/14 17:07

    Ca me fait sourire de découvrir ce post aujourd'hui, alors qu'il y a quelques heures, le père d'une amie avait posé sa ceinture en cuir sur le dossier de la chaise de la salle à manger, exactement comme sur la photo, le temps d'aller changer de jean... j'avais terriblement envie de la prendre en photo, mais comme je n'étais pas seule, j'ai dû me contenter de la regarder jusqu'à ce qu'il revienne pour la remettre... Dommaaaaaage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      J'aime la ceinture, peut-être parce que je n'ai eu que deux expérience avec. Mais la dernière fut intense. "Juste" 4 coups donnés avec une grande force. J'ai aimé le bruit, la brûlure lors de l'impacte et chaleur sur mes fesses ensuite.

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS