24 novembre 2010

La vengeance d'une tragédienne...

2025 - "L'affaire Marie Colombier"...

Voilà une histoire que je ne connaissais pas et qui semble authentique, un conflit entre femmes mettant en scène deux comédiennes très connues et qui se détestent, à Paris à la fin du XIXème siècle...

Toutefois, on ne peut garantir la chronologie de l'affaire, à noter que Colombier l'évoque au début de son livre, donc prudence quand à l'exactitude des faits, mais le fond y est... La correction date peut-être d'avant pour autre chose, mais qu'importe.

En décembre 1883, un livre pastiche écrit par Marie Colombier, "les mémoires de Sarah Barnum" avec une préface de Paul Bonnetain, se moque ouvertement de Sarah Bernhard... Tout Paris rigole.

Cette dernière n'apprécie pas du tout la plaisanterie. Certains critiques le trouvent amusant, d’autres s’en indignent. Mais la comédienne incriminée s’émeut à bon droit de cette publication où elle était directement visée. Vengeance ! Elle va se faire justice elle-même.

Ça se rapproche un peu d'une correction que je vous ai déjà narrée. Une branlée mémorable qu'Édith Piaf en personne administra à une rivale qui lui avait piqué son amant d'alors, Paul Meurisse. La "salope" avait reçu une bonne fessée lors d'une expédition punitive entre filles du même genre, dans les années 40. Ce n'est pas paru dans les gazettes comme ce qui suit, mais dans le livre écrit par sa demi-sœur Momone, qui en était aussi...

Sauf que Piaf fessa, et que Sarah Bernhard cravacha.

La nuance est importante. La punition différente. L'humiliation n'est pas tout à fait la même non plus. Paru dans le Figaro, 18 décembre 1883.

(le livre de Marie Colombier en entier)

"Arrivée rue de Thann, Sarah Bernhard monta d’un trait à l’appartement, pénétra brusquement dans le salon malgré la domestique, et trouvant Marie Colombier, s’avança vers elle et lui adressa quelques épithètes dépourvues d’aménité en lui appliquant en pleine figure un violent coup de cravache.

Marie Colombier n’était pas seule. Il y avait chez elle Jehan Soudan et Marie Defresne. Au moment où Soudan allait s’élancer sur Sarah pour la maîtriser, Jean Richepin qui venait à son tour de faire irruption dans le salon le saisissait à la gorge et le tenait en respect. Quelques secondes après, Maurice Bernhard, Kerbernhard et Mlle Antonine arrivèrent à leur tour.

Quant à Marie, elle s’était enfuie, poursuivie de pièces en pièces par Sarah Bernhard qui enfonçait les portes, renversait les meubles, brisait les étagères cravachant toujours sa victime chaque fois qu’elle parvenait à l’atteindre. Enfin, la Colombier réussit à s’échapper par un escalier de service et Sarah Bernhard, épuisée, mais vengée se retira.

En passant devant la concierge, elle lui tendit sa cravache en disant: "Elle me vient du maréchal Canrobert, mais je la donne à mademoiselle Colombier, comme souvenir..."
Dessin © ?

5 commentaires:

  1. It is interesting to note that a English-language biography of Sarah Berhardt has recently been published. In addition, it apparently mentions the Bernhardt/Colombier row. A review of this book may be found at URL:

    http://www.newsweek.com/2010/09/16/palin-is-a-pale-imitation-of-this-sarah.html

    There is a facsimile reproduction of "Sarah Barnum" at URL:

    http://www.archive.org/stream/lesmmoiresdesa00colouoft#page/n5/mode/2up


    There is a facsimile reproduction of the "affaire" book at URL:

    http://www.archive.org/stream/affairemariecolo00colouoft#page/n1/mode/2up

    Finally, there is a brief but amusing notice in English about the publication of Colombier's book that appeared in 1884 in the New York Times:

    http://query.nytimes.com/mem/archive-free/pdf?res=F00E13FA3E5C15738DDDA80894D9405B8484F0D3

    RépondreSupprimer
  2. Les liens de "informer" sont très intéressants, il semble que la correction que relate dans son livre Colombier ait eu lieu AVANT la publication du bouquin, il est possible que l'on se soit un peu mélangé les pinceaux dans la manière de raconter ce drame parisien de 1883... Amusant en tout cas de voir comment un fait-divers peut être raconté selon les avis différents des unes et des autres. Thanks informer...

    RépondreSupprimer
  3. Excellent, comme pour la môme Piaf je ne connaissais pas ces "chaudes" anecdotes, bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  4. Pour l'histoire de Piaf, c'est la réminiscence du livre écrit pas sa sœur, en 70 je crois. Un best-seller, à l'époque. C'est un post qui date d'il y a 4 ans déjà pour moi. Mais de temps en temps je retombe forcément sur des choses déjà dites, mais pas nécessairement lues en leur temps... du coup, un petit lien et hop.

    RépondreSupprimer
  5. On fait remonter l'histoire...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont ouverts à tous mais je vous demande de bien répondre en utilisant le pseudo de votre choix et de ne pas poster en anonyme.

Il suffit de mettre le nom ou le pseudo que vous voudrez, en cochant nom/URL


TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ

US and British friends, would you please use any nickname of your choice to post on my blog.

I'LL DELETE ANONYMOUS COMMENTS